SOULAGEMENT

Prononciation : sou-la-je-man
Nature : s. m.

Diminution d'une douleur du corps, d'une peine de l'esprit.
Faibles soulagements d'un malheur sans remède , CORN. , Poly. II, 1
Si elle reçoit quelque soulagement [si elle va mieux], et qu'elle prenne le train de languir , SÉV. , 126
Le soulagement de quelque chose qui vous peine est au premier rang de ce qui me tient le plus au coeur , SÉV. , 7 août 1675
Vous n'avez rien par-dessus nous que le soulagement de soupirer tout haut , SÉV. , 16 août 1675
S'il est vrai que la pitié ou la compassion soit un retour vers nous-mêmes qui nous met en la place des malheureux, pourquoi tirent-ils de nous si peu de soulagement dans leurs misères ? , LA BRUY. , IV
C'est un prodigieux soulagement pour la mémoire, que tout se réduise à retenir.... , FONTEN. , Tournefort.
Il [Boufflers] s'offrit de l'aller seconder [Villars], d'oublier tout pour lui obéir, n'être que son soulagement , SAINT-SIMON , 245, 14
Les soulagements qu'il dépend de lui de leur donner le soulagent lui-même ; car il souffre à les voir souffrir , MARMONTEL , Mém. VI
XVe s.
Soulaigement , Vigiles de Charles VII, p. 2
Pour le bien et le sollagement de nos bons et loyaulx subjectz , Bibl. des ch. 6e série, t. II, p. 24
XVIe s.
Le bien commun et soulagement publicque , LA BOÉTIE , Servit. volont.
Soulager.