SOUILLON

Prononciation : sou-llon, ll mouillées, et non souyon
Nature : s. m. et f.

1Terme familier. Celui ou celle qui salit ses habits.
Vous l'eussiez pris pour un souillon Qui n'est couvert que d'un haillon , SCARR. , Virg. trav. II
Je vous eusse prié de la faire paraître ; Mais j'ai craint, en suivant ma curiosité, Quelque souillon d'habit qui m'en eût dégoûté , TH. CORN. , la Comtesse d'Orgueil, II, 1 Il se dit le plus ordinairement des enfants, des petites filles. Un petit souillon. Une petite souillon.
2Souillon de cuisine, ou, simplement, souillon, servante employée à la vaisselle et à d'autres bas offices où l'on se salit beaucoup. 3Il s'est dit pour torchon.
Où le lit reposait aussi noir qu'un souillon , RÉGNIER , Sat. X
XVIe s.
Là n'eut officier de la maison du roi, des plus grands jusques aux souillons de cuisine, qui n'eussent leurs harnois , J. D'AUTON , Ann. de Louis XII, p. 130, dans LACURNE
Le souillon de cuisine , PARÉ , IX, 1er disc.
Souiller.