SOUDOYER

Prononciation : sou-do-ié ; plusieurs prononcent sou-doi-ié
Nature : v. a.

1Avoir, prendre des gens de guerre à sa solde.
Son armée [de Henri de Navarre] n'était pas celle d'un souverain qui la soudoie, et qui la retient toujours sous le drapeau ; c'était celle d'un chef de parti , VOLT. , Moeurs, 173
2Par extension, s'assurer à prix d'argent le secours de. Soudoyer des spadassins, des agents.
Louis soudoya l'archevêque de Cologne, Maximilien de Bavière.... comme il soudoyait le roi d'Angleterre Charles II , VOLT. , Louis XIV, 10
SOUDOYER, STIPENDIER. Ces deux mots sont synonymes, sauf que stipendier n'a plus qu'un sens défavorable. XIIe s.
Fai pur ço à tes humes abatre cedres al bois de Liban, e mes humes i serrunt od les tuens, e jo del mien lur durrai [donnerai], e tut à la volented soldeirai , Rois, p. 242
XVe s.
Pour payer lesdits gens d'armes et de trait estans en garnison avec ledit sieur de Sassenage, lesquels il soldoyat de ses propres deniers... , Lettre de Charles VIII, Bibl. des ch. 3e série, t. IV, p. 64
XVIe s.
Outre la solde on doit aussi fournir l'equipage, car on doit un homme equippé et soudoyé , LANOUE , 236
La pluspart se soudoyoient de leurs moyens propres , ID. , 401
Ayant remené en Epire 8000 hommes et 500 chevaux, et ne se trouvant point d'argent pour les soudoyer , AMYOT , Pyrrhus, 57
Jamais chef de guerre n'eut tant de creance sur ses soldats [que Jules César] : au commencement de ses guerres civiles, les centeniers luy offrirent de souldoyer, chascun sur sa bourse, un homme d'armes , MONT. , III, 175
Solde. Il y avait un substantif très usité, sodoier, qui a donné l'anglais soldier, soldat.