SORNETTE

Prononciation : sor-nè-t'
Nature : s. f.

Discours frivole, bagatelle.
Un esprit fécond en sornettes , RÉGNIER , Épît. III
Sans ce maudit honneur, ce conteur de sornettes , RÉGNIER , Sat. VI
Tous deux gens sots, tous deux gens à sornettes , LA FONT. , Rémois.
Et ce qui m'a vingt fois fait tomber de mon haut, C'est de vous voir au ciel élever des sornettes Que vous désavoueriez si vous les aviez faites , MOL. , Femm. sav. IV, 2
Il me détourne de mes livres sérieux, et, sous prétexte que je me fais mal aux yeux, il me faut écouter des sornettes que je veux oublier , SÉV. , 239
Grand dommage est que ceci soit sornettes , LA BRUY. , XIV
Dès que j'eus bien ou mal rimé quelque sornette, Je me vis tout en même temps Affublé du nom de poëte , CHAUL. , Épît. à la Fare, déc. 1703
XVe s.
Enfin toutesvoies ils en partirent contens l'ung de l'autre et bras à bras comme deux freres, rians et faisans leurs sornes du roy qui ainsi les avoit appointié , G. CHAST. , Chron. des ducs de Bourg. I, 34
Il tira à part le suppliant et lui dist que, s'il vouloit venir devers le soir, qu'il verroit une bonne sournette ou esbattement , DU CANGE , subsannatio.
Adonc furent les neuf roynes moult resveillées, qui donnoient les sornettes à leurs marys [s'en moquaient], porce que le chevalier doré les avoit ainsi abbatus , Perceforest, t. III, f° 110
Je luy envoye ces sornettes, Pour soy desennuyer ; combien, S'il veult, face en des alumettes , VILLON , Grand testam. Legs au sénéchal
XVIe s.
Après souper feurent jouées plusieurs farces, comedies, sornettes plaisantes , RAB. , IV, 52
Bourg. sornôtte ; Berry, sornette, sobriquet : il s'appelle un tel, mais sa sornette est gueule fraîche. C'est le dimin. de l'anc. franç. sorne, qui a le même sens ; il y avait aussi un verbe sorner, dire des sornettes. Diez tire sorne du celtique : kimry, swrn, bagatelle. Il y a aussi un autre sorne qui signifie obscurité ; il ne paraît pas tenir à celui-ci. Enfin sorne, scorie, y doit-il être rattaché ?