SONGEUR

Prononciation : son-jeur
Nature : s. m.

1Celui qui songe, qui fait des songes.
Jadis certain Mogol vit en songe.... Le même songeur vit en une autre contrée Un hermite entouré de feu , LA FONT. , Fabl. XI, 4
Il est dit dans le chapitre 13 du Deutéronome, que le songeur de songes doit être mis à mort dans certains cas , VOLT. , Phil. Bible expl. Gen.
Tous les songeurs ne sont pas endormis , CARACCIOLI , Lett. récr. et mor. t. I, p. 119, dans POUGENS
2Particulièrement, dans le style biblique, celui qui raconte ses songes, en parlant de Joseph, fils de Jacob.
Voici notre songeur qui vient ; allons, tuons-le, et le jetons dans une vieille citerne , ROLLIN , Traité des Ét. V, 2e part. II, 1
3Fig. et familièrement. Homme accoutumé à rêver, à former des projets chimériques. Il est logé chez Guillot le songeur, se dit d'un homme qui a quelque fâcheuse affaire, et qui a sujet d'y penser beaucoup.
Bref, il en est logé chez Guillot le songeur , COURVAL , Satires, p. 158, dans POUGENS
Le gazetier est logé chez Guillot le songeur , GUI PATIN , Nouv. lett. t. I, p. 7, dans POUGENS Adjectivement.
Esprits actifs, quoique songeurs, qui ne peuvent se reposer que sur des vérités solides, ni être heureux que par le beau , JOUBERT , Pensées, Titre 7
XVIe s.
À la venue de Panurge, dist Pantagruel : Voyez-ci notre songeur. Ceste parole, dist Epistemon, jadis cousta bon et fut cherement vendue es enfans de Jacob. Adonc, dist Panurge, j'en suis bien chez Guillot le songeur , RAB. , III, 14
Songer ; provenç. somniador ; espagn. soñador ; ital. sognatore. Le picard dit songeard pour pensif.