SONATE

Prononciation : so-na-t'
Nature : s. f.

Pièce de musique instrumentale composée de deux, trois ou, plus ordinairement, de quatre morceaux d'un caractère et d'un mouvement différents. La sonate est la forme classique et bien dessinée de la grande composition instrumentale ; les quatuors, quintettes, sextuors, septuors, etc. sont des sonates pour quatre, cinq, six, sept instruments solos ; la symphonie est une sonate pour tous les instruments d'orchestre, les instruments à cordes pouvant être multipliés autant qu'on le veut ; les autres ayant souvent deux parties.
La sonate, pour un instrument seul ou pour plusieurs réunis, est une sorte de symphonie ; son nom vient de suonare, qui signifie jouer d'un ou de plusieurs instruments ; ce mot ne s'appliquait autrefois qu'aux instruments à cordes ou à vent ; en parlant des instruments à clavier, on disait toccare, d'où l'on avait fait toccata, qui signifie une pièce à toucher : depuis près d'un siècle, sonate se dit de toutes les pièces de ce genre, pour quelque instrument que ce soit , FÉTIS , Musique, II, 18
Les grandes sonates de Beethoven serviront d'échelle métrique pour mesurer le développement de notre intelligence musicale , BERLIOZ , à travers chants, p. 64
La sonate ne peut pas être appréciée par tout le monde ; de là cette boutade : Toute cette musique purement instrumentale, sans dessein et sans objet, ne parle ni à l'esprit ni à l'âme, et mérite qu'on lui demande avec Fontenelle : sonate, que me veux-tu ? , D'ALEMB. , Oeuv. t. III, p. 403 Par extension.
On voit accourir de savants artistes [oiseaux] avec des sonates merveilleuses , CHATEAUBR. , Gén. I, V, 5
Ital. sonata, qui est le participe passif de sonare : chose jouée sur un instrument.