solennite

Prononciation : so-la-ni-té
Nature : s. f.

1Fête célébrée tous les ans avec éclat.
Votre saint fondateur, dont la solennité concourt si heureusement aujourd'hui avec votre consécration , MASS. , Profess. relig. Serm. 2
2Cérémonie publique qui rend une chose solennelle.
Solennités et lois n'empêchent pas Qu'avec l'hymen Amour n'ait des débats , LA FONT. , Belph.
Quand on ne prend en en dot que la seule beauté, Le remords est bien près de la solennité , MOL. , l'Ét. IV, 4
Le mystère dont nous faisons la solennité , BOURDAL. , Nativité de J. C. 2e avent, p. 529
Que vos heureux enfants, dans leurs solennités, Consacrent de ce jour le triomphe et la gloire , RAC. , Esth. III, 7
Hélas ! la plupart voient avec un chagrin secret la solennité sainte , MASS. , Carême, Sur la communion.
3Formalités qui rendent un acte authentique. La solennité d'un testament, d'un serment. XIIe s.
E gloried [glorifiés] sunt chi haïrent tei el milliu de la tue solennité , Liber psalm. p. 98
Nos faisons ui, chier freire, l'encommencement de l'avent, cuy nous est asseis renommeiz et conuiz al munde, si cum sunt li nom des altres solempniteiz , ST BERN. , 521
XIIIe s.
Et la roine fu menée à Paris, et là fu reçue à grant sollempnité , Chr. de Rains, p. 50
XVe s.
Le roi d'Angleterre se tenoit en l'abbaye de Poissy-les-Dames ; et fut là le jour de Nostre Dame my aoust, et y tint sa solemnité, et sist à tables en draps fourrés d'ermines, de vermeille escarlate sans manches , FROISS. , I, I, 273
XVIe s.
Ayant très bien ordonné toutes choses appartenantes à la solennité de la feste , AMYOT , Flamin. 23
Lat. solennitatem, de solennis (voy. SOLENNEL).