SOIE

Prononciation : soî
Nature : s. f.

1Fil délié et brillant, produit par le ver à soie.
Ce ne fut environ qu'en 1130 que Roger, roi de Sicile, en établit une [fabrique de soierie] à Palerme ; on vit alors, dans cette île et dans la Calabre, des ouvriers en soie qui furent une partie du butin que ce prince rapporta des villes de Grèce , ROLLIN , Hist. anc. t. X, p. 569, dans POUGENS
Les ouvrages de soie étaient encore si rares, même à la cour, qu'Henri II fut le premier qui porta un bas de soie aux noces de sa soeur , ROLLIN , ib. p. 567
La soie est le produit du parenchyme des feuilles, combiné avec la matière animale du ver à soie , BUFF. , Époq. nat. Oeuv. t. XII, p. 20
Les annales de la Chine attribuent la découverte de la soie à l'une des femmes de l'empereur Hoang-ti , RAYNAL , Hist. phil. V, 28
Les soies de Bologne eurent longtemps la préférence sur toutes les autres ; depuis que celles du Piémont ont été perfectionnées, elles tiennent le premier rang pour l'égalité, la finesse, la légèreté , RAYNAL , ib. V, 28
La soie est une matière filamenteuse, transparente, assez solide, qui est filée par la chenille de l'espèce de phalène nommée bombyx ou ver à soie, phalaena mori , FOURCROY , Conn. chim., t. X, p. 351
La longueur d'un fil de soie qui peut se dévider de dessus la coque, est, suivant Malpighi, de 1091 pieds et quelques pouces, mesure de Paris , GENLIS , Maison rust. t. I, p. 404, dans POUGENS
Élagabale s'habilla le premier d'étoffes de soie sans mélange , MONGEZ , Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. IV, p. 227
Les filles [de Chios] aux yeux noirs, au sourire éclatant, Dans les vergers fleuris recueillaient en chantant Les cédrats, le miel et la soie , P. LEBRUN , Voy. de Grèce, IX Soie grége ou écrue, soie telle qu'on l'obtient par le tirage du cocon. Soie plate, soie grége commune formée par 20 ou 25 brins tirés ensemble. Soie sauvage, soie tirée de cocons de vers vivant à l'état sauvage sur les arbres. Soies folles, soies non torses, ainsi dites parce que leur extrême légèreté ne leur permet pas de soutenir le moindre effort. Fig. C'est soie sur soie, se dit de deux choses agréables qui arrivent l'une sur l'autre, de deux avantages qu'on reçoit coup sur coup.
2On confond sous le nom de soie trois matières distinctes : la soie proprement dite, qu'on obtient en dévidant le cocon de la chenille nourrie avec la feuille de mûrier ; la golette (voy. ADDIT.), tirée de cocons percés provenant du bombyx du mûrier, cardés et filés ; la bombycine, tirée de cocons percés provenant des autres bombyx, cardés et filés comme les précédents. 3Poétiquement. Des jours filés d'or et de soie, le cours d'une vie heureuse et brillante.
Ainsi de tant d'or et de soie, Ton âge dévide son cours, Que tu reçoives tous les jours Nouvelles matières de joie ! , MALH. , IV, 5
4En zoologie, fil délié que divers insectes parfaits ou à l'état de larves sécrètent pour en former un cocon dans lequel leur larve se transforme en chrysalide. 5Étoffe de soie.
je voudrais.... Que ceci fût de soie, et non pas d'étamine , RÉGNIER , Sat. XII Demi-soie, étoffe tissue de laine et de soie, ou de coton et de soie.
6Coton longue-soie, ou, substantivement, le longue-soie, sorte de conton, de première qualité. 7Terme de marine. Soie à voiles, soie servant à faire des voiles qui, plus chères, semblent compenser le prix par la durée. Bas de soie, se disait des entraves, sorte de punition. 8Terme de cuisine. Bas de soie, manière d'apprêter les pieds de cochon. Pieds en bas de soie. 9Soie d'Orient, ou soie végétale, espèce de duvet qui entoure les semences de l'asclépias de Syrie. 10Soie de mer, byssus soyeux produit par une espèce de moule. 11Terme de corroyeur. Noir de soie, second noir donné aux peaux. XIIe s.
Et riches trez [tentes] de soie à girons et à pans , Sax. V
XIIIe s.
Bien surent les deux fille d'or et de soie ouvrer , Berte, LVII
À nul jor mès veü n'avoie Chapel si bien ouvré de soie , la Rose, 864
Il n'est jour en l'an que, de soie seulement, n'y entre mille charretées en ceste cité [Cambaluc] , MARC POL , p. 317
Soz une vielle robe vueil miex que nete soie, Que je fusse soillie desoz une de soie , JUBINAL , Contes, etc. t. II, p. 76
XIVe s.
La corde de l'arc doibt estre de soye verde ou autre, pour ce qu'elle dure plus sans rompre , Modus, f° LII
Wallon, seuie, sôie ; bourg. sô ; prov. et espagn. seda ; ital. seta ; du lat. seta, soie de porc, que l'on rapproche du grec crinière. Seta n'a pas de rapport avec le nom grec du ver à soie, en grec, qui est, dit M. de Rosny, le chinois sse, soie, par l'intermédiaire de la forme coréenne sir. 1. SOIE. Ajoutez : 12Fils de soie tors.
Les fils de soie tors au moyen du moulinage sont de trois espèces : les fils simples, les trames (voy. ce mot) et les organsins (voy. ce mot) ; les fils simples sont des tors sur un seul fil et sur eux-mêmes , Journ. offic. 21 nov. 1876, p. 8485, 1re col.
13Papier de soie, sorte de papier.
Le papier de soie se trouve classé dans la première catégorie des papiers imposables, sans doute à cause de sa dénomination pompeuse qui est pourtant quelque peu décevante ; ce papier, nommé en fabrique carré mou ou Joseph, n'est véritablement aujourd'hui qu'un papier d'emballage , Journ. offic. 5 sept. 1871, p. 3215, 2e col.
Les papiers soyeux, dits papier de soie, papier de Chine, papier Joseph, tous facilement reconnaissables à leur faible consistance , Douanes, Tarif de 1877, note 569
14
Arbre de soie, l'acacia (albizzia) julibrissin ; le faux arbre de soie est l'asclepias gigantea , BAILLON , Dict. de bot. p. 248
1Poil long et rude de certains animaux.
Son dos [du sanglier] était armé d'une soie dure aussi hérissée que les piques d'un bataillon , FÉN. , t. XIX, p. 70 Dans ce sens, il s'emploie souvent au pluriel. Des soies de cochon.
2Par extension, poil long et doux de certains chiens, etc. Cet épagneul a de belles soies. 3Terme de botanique. Organe présentant des caractères de la soie de porc. Poils raides qui garnissent le sommet des enveloppes florales de certaines graminées. Pédicelle qui soutient l'urne des mousses. 4Terme de zoologie. Partie du suçoir des insectes hémiptères. 5Terme de vétérinaire. Soie du porc, soyon, soies piquées, poil piqué, maladie piquante, piquet, bosse, maladie particulière aux porcs, qui a son siége à l'un des côtés du cou, quelquefois aux deux, entre la jugulaire et la trachée artère, à quelque distance des parotides et directement sur les amygdales. XIVe s.
Le roy lui fist mettre [au-dessus de la tête] un glaive bien tranchant, et le fist pendre à la soie d'un cheval , VIGNAY , Eschès moralisés, f° 71, verso.
XVIe s.
Soie de porc , PARÉ , XXIV, 28
Cribles de parchemin, soye de cheval , PARÉ , XXV, 8
Prov. et espagn. seda ; ital. seta ; du lat. seta. Partie de la lame d'un sabre ou d'une épée qui traverse la monture et qui est rivée sur la calotte. XVe s.
Les soyes ou chevilles qui tenoient le couvercle , DU CANGE , sayus.
Dit ainsi par comparaison avec une soie de cochon. L'ancien français soie, scie, n'a rien à faire ici. Terme de vétérinaire. Nom donné à la seime quand elle siége à la pince Ainsi dite peut-être parce qu'on a comparé la fente du sabot dans cette maladie à un fil de soie.