SOC

Prononciation : sok
Nature : s. m.

Pièce de fer aiguë, large, triangulaire, tranchante en dedans, fixée au sep de la charrue, et destinée à ouvrir le sillon.
Qui forgea le soc était sage ; Et qui fit l'épée était fou , LAMOTTE , Fabl. III, 14
Sous leur soc triomphant [des vieux Romains] la terre enorgueillie Fournissait avec joie aux besoins de la vie , M. J. CHÉN. , Gracques, II, 3
Les Albaniens, peuple qui habitait les bords occidentaux de la mer Caspienne, ne labouraient point encore, au temps de Strabon, avec un soc de fer ; mais ils se servaient pour charrue d'une seule pièce de bois , MONGEZ , Instit. Mém. hist. et litt. anc. t. II, p. 625
Le pain que l'on fait croître est le plus savoureux ; Va, le soc et l'épée ornent la main des braves , MASSON , Helvétiens, V
L'on dirait qu'aucune nation n'a osé succéder aux maîtres du monde dans leur terre natale [la campagne de Rome], et que ces champs sont tels que les a laissés le soc de Cincinnatus ou la dernière charrue romaine , CHATEAUBR. , Italie, Lett. à M. de Fontanes.
XIe s.
S'il [l'objet volé] est trové dedenz sache et soche [dans une terre ayant droit de sac et de soc] , Lois de Guill. 31
XIIe s.
E ces de Israel veneient as Philistiens pur aguiser e adrecier e le soc, e le picois, e la cuignée, e la houe , Rois, p. 44
XIIIe s.
Les jachierres, qui n'i refiche Le soc, demoreront en friche , la Rose, 19777
XIVe s.
Deux grosses pieces de fer pour faire deux scos ou coustres à charrue , DU CANGE , soccus.
Soich , DU CANGE , ib.
Berry sô (et dans l'ouest soie : aguser un soie) ; patois des Fourgs, sou ; du celtique : basbret. souc'h, soc'h ; gaél. soc ; Cornouailles, dans un texte du IXe siècle, soch. L'antiquité de ce mot dans le celtique montre que le mot français en vient, et non le celtique du français ; cela écarte aussi le lat. soccus, sorte de soulier, mis en avant par quelques-uns à cause que le soc de fer chausse, comme un soulier, la pointe de bois.