SOBRIQUET

Prononciation : so-bri-kè ; le t ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : des so-bri-kè-z injurieux ; sobriquets rim
Nature : s. m.

Surnom qu'on donne à une personne soit par dérision, soit autrement, et qui est fondé sur quelque particularité de corps ou d'esprit. L'histoire offre beaucoup de sobriquets : Charles le Mauvais, Guillaume le Roux, Robert Courte-Heuse, etc.
J'aime les sobriquets qu'un corps de garde impose ; Ils conviennent toujours ; et quant à moi je di : Louis [Monseigneur, le fils de Louis XIV] le bien nommé, c'est Louis le Hardi , LA FONT. , Poésies mêlées, LXIV
Nous n'avons eu que Louis XIII qui ait eu ce beau surnom [de juste] ; Dieu sait comme il le méritait ; ce titre de juste fut la définition d'Aristide, et le sobriquet de Louis XIII , VOLT. , Lett. Mme de Graffigny, 22 mars, 1758
Ce Cheredin, vice-roi d'Alger, est le même que les auteurs nomment Barberousse ; ce sobriquet avait été donné à son frère, conquérant d'une partie des côtes de la Barbarie, mort en 1519 , VOLT. , Ann. Emp. Charles-Quint, 1537
C'était autrefois du nom de janséniste que la méchanceté gratifiait les objets de sa haine ; ce sobriquet a vieilli ; celui d'encyclopédiste y a succédé, et ne tardera pas à vieillir de même , D'ALEMB. , Éloges, de Hautev. note 6
N'est-on pas las d'ambitions vulgaires, De sots parés de pompeux sobriquets ? , BÉRANG. , Comète.
XIVe s.
Le suppliant donna audit Michiel deux petits coups, appelez soubzbriquez, des dois de la main soubz le menton , DU CANGE , barba.
XVIe s.
Et voilà les sobriquets [propos railleurs] que ces soldats romains donnoient à leur empereur [J. César], qui ne s'en soucioit point , BRANT. , Bourbon.
Sotbriquet, dicterium , ROB. , ESTIENNE, Dict.
Le soubriquet de tremblant, duquel le douziesme roy de Navarre Sancho feut surnommé , MONT. , I, 387
Picard, surpiquet. Origine inconnue. Diez prenant en considération l'orthographe sotbriquet, le tire de sot, et du vieux français briquet, mauvais drôle ; mais cette étymologie ne peut subsister devant l'historique. Le sens primitif est coup sous le menton ; puis le sens figuré est propos railleur, bon mot et surnom. Malheureusement, cela n'apprend rien sur l'étymologie. SOBRIQUET. - ÉTYM. Ajoutez : M. Bugge, Romania, n° 10, p. 158, propose une conjecture : sobriquet ou soubzbriquet serait pour soubzbequet, petit coup sous le bec ; pour l'insertion de l'r comparez fanfreluche, pimprenelle. Il faut enregistrer la conjecture de M. Bugge.