SOBREMENT

Prononciation : so-bre-man
Nature : adv.

1D'une manière sobre. Vivre sobrement.
Il [l'âne] boit aussi sobrement qu'il mange, et n'enfonce point du tout son nez dans l'eau, par la peur que lui fait, dit-on, l'ombre de ses oreilles , BUFF. , Quadrup. t. I, p. 154
Vivre, non de ce bruit dont l'orgueil nous enivre, Mais de ce pain du jour qui nourrit sobrement, De travail, de prière et de contentement , LAMART. , Harm. I, 5
2Fig. Avec circonspection, avec retenue. Il a usé sobrement de cette permission.
Comme il ne louait guère personne, aussi ne blâmait-il que rarement ; mais il digérait sobrement lui tout seul ses morceaux , GUI PATIN , Lettres, t. II, p. 273
Je n'ai pas oublié comme il faut parler sobrement de soi , SÉV. , 22 juill. 1685
Apprenez une autre fois à parler plus sobrement de tout ce qui peut vous attirer quelque louange , FÉN. , Tél. IV
XIIIe s.
Saint Pol, qui scet si haultement, Enseigne à savoir sobrement, Et non plus savoir que convient , J. DE MEUNG , Tr. 434
XIVe s.
L'omme n'a qu'une bouche, et ce nous monstre que l'omme doit sobrement mengier et boire, et sobrement parler , Ménagier, I, 3
XVe s.
Item doit un roy vivre sobrement et peu menger et peu boire et peu seoir, pour en estre plus sain , Bibl. des ch. 6e série, t. II, p. 142
Si dois prendre des biens de ce monde sobrement, tant comme est besoing pour ton usaige tant seulement , Intern. consol. II, 16
Et bref le vin pris sobrement Est toujours une bonne chose , BASSELIN , LX.
XVIe s.
... Et Marcellus après luy respondit sobrement, et en peu de paroles, pour se justifier seulement , AMYOT , Marcell. 45
À ce biais s'accommode la voix divine [saint Paul] : ne soyez pas plus sages qu'il ne fault, mais soyez sobrement sages , MONT. , I, 224
Sobre, et le suffixe ment.