SIPHON

Prononciation : si-fon
Nature : s. m.

1Tube recourbé, à branches inégales, qu'on emploie pour transvaser les liquides, en les faisant passer au-dessus des parois des vases qui les contiennent. Siphon simple. Siphon double.
La lettre de M. Guglielmini à M. Leibnitz fut suivie, en 1692, d'une autre adressée à M. Magliabecchi sur les siphons, parce qu'il avait trouvé dans les Actes de Leipsik que M. Papin, en examinant un siphon fait à Wirtemberg, s'était servi de sa fausse proposition , FONTEN. , Guglielmini.
2Vase en grès ou en verre, en forme de bouteille gonflée au milieu de sa hauteur, bouché hermétiquement, dans lequel on met de l'eau chargée d'acide carbonique, et ayant un petit appareil qui laisse échapper le contenu avec bruit comme le vin de Champagne, mais à volonté. 3Le coulage à siphon des bouches à feu est un procédé dans lequel on fait arriver, au moyen d'un siphon, le métal fondu à la partie inférieure du moule. 4Terme de zoologie. Canal qui traverse la cloison des coquilles polythalames. Rostre de quelques crustacés et de divers arachnides suceurs. 5Tourbillon ou nuage creux qui descend sur la mer en forme de colonne ; c'est un autre nom de la trombe ; ainsi dit parce qu'on en compare l'action à un siphon.
Les mers de Chine sont exposées à des siphons, espèces d'ouragans très redoutables pour les vaisseaux , LAPÉROUSE , Voy. t. IV, p. 112, dans POUGENS
XVIe s.
Siphon , COTGRAVE ,
Lat. siphonem, du grec.