simagree

Prononciation : si-ma-grée
Nature : s. f.

Manières qu'on affecte pour duper ou faire illusion.
La reine de Suède est entrée à Rome avec beaucoup de simagrées à l'italienne , GUI PATIN , Lett. t. II, p. 147
C'est être libertin [esprit fort] que d'avoir de bons yeux ; Et qui n'adore pas de vaines simagrées N'a ni respect ni foi pour les choses sacrées , MOL. , Tart. I, 6
Il [le duc d'Orléans] le manda [l'évêque de Troyes] : il arriva, il accepta sans simagrée [une place au conseil de régence] , SAINT-SIMON , 422, 90
Dubois, pour être cardinal, avait fait recevoir la constitution Unigenitus et les formulaires et toutes les simagrées ultramontaines dont il se moquait , VOLT. , Hist. Parl. LXIV
Je mourrai consolé en voyant la véritable religion, c'est-à-dire celle du coeur, établie sur la ruine des simagrées , VOLT. , Lett. Villevieille, 20 déc. 1768
La simagrée du serment , J. J. ROUSS. , Gouv. de Pologne, ch. 8
C'était uniquement par aversion pour les simagrées qu'elle ne faisait point en public la dévote , J. J. ROUSS. , Conf. II
On a essayé sur moi toutes les simagrées magnétiques , LAHARPE , Corresp. t. IV, p. 273
XVIe s.
Indifference entre les personnes de diverse qualité et condition, morguées et cimagrées [moquées], affoiblissement d'estat , SULLY , Mém. t. VII, p. 178
Ces nouveaux hostes gagnent le coeur du peuple par chimagrées et belles paroles , PASQUIER , Recherch. p. 287, dans POUGENS
Génev. simagrie ; wallon, simagraw, s. f. ; chimagrée, dans OUDIN, Curios. franç. Origine inconnue. Scheler demande si c'est une forme altérée de simulacrée, ou s'il vient de simius, singe. Frisch le fait venir de s'il m'agrée, nom, dit-il, d'un ancien jeu ; étymologie suivie à peu près par Brachet, Dictionn. étymologique, qui dit : " Corruption de l'ancienne formule si m'agrée (ainsi m'agrée), prévenance affectée, obséquiosité. " Pourrait-on utiliser le berrichon chimer, simer, simailler, pleurnicher ?