SIGNALER

Prononciation : si-gna-lé
Nature : v. a.

1Anciennement (sens aujourd'hui inusité), faire par écrit une espèce de description de la personne d'un soldat qu'on enrôle, indiquant son âge, sa taille, la couleur de ses cheveux. Signaler les soldats de recrue. 2Donner le signalement d'une personne qu'on veut faire reconnaître. Il est signalé à la police. 3Par extension. Appeler, attirer l'attention de quelqu'un sur une personne, sur une chose. Signaler quelqu'un à l'autorité.
Les vues ingénieuses d'après lesquelles le docteur Young signala le premier à l'attention des physiciens la loi d'Huygens sur la double réfraction , BIOT , Instit. Mém. acad. sc. t. III, p. 182
4Terme de marine. Donner avis par des signaux Un fanal signale de loin ce banc de sable.
Une flotte française très considérable vient d'être signalée ; on craint une descente , AL. DUVAL , Édouard en Ecosse, III, 10 On dit aussi : signaler des ordres, des instructions, des avis. Par analogie et dans le langage ordinaire.
Il dit, s'éloigne.... et sans retour La dernière feuille qui tombe A signalé son dernier jour , MILLEV. , Élég. I, 1
5Fig. Rendre remarquable en bonne ou en mauvaise part.
Nous nous consolons aisément des disgrâces de nos amis, lorsqu'elles servent à signaler notre tendresse pour eux , LA ROCHEFOUC. , Max. 235
Jean Hyrcan, qui l'avait suivi [Sidetes] dans cette guerre avec ses Juifs, y signala sa valeur , BOSSUET , Hist. I, 9
Cet empereur.... Qui soupirait le soir, si sa main fortunée N'avait par des bienfaits signalé la journée , BOILEAU , Épît. I
Entre les noms fameux Qu'une pareille haine a signalés contre eux [les Romains] , RAC. , Mithr. V, 5
À peine elle vous vit, Que votre exil d'abord signala son crédit , RAC. , Phèdre, I, 1
La bataille de Jarnac, suivie de plus de vingt combats, signala l'année 1569, qui finit par la bataille de Mont-Contour, la plus meurtrière de toutes , VOLT. , Hist. parl. XXVIII
Celle [maison] d'York, dont la marque était la rose blanche, et celle de Lancastre, qui portait la rose rouge ; on compte jusqu'à trente batailles qui signalèrent la haine des deux partis , DUCLOS , Oeuvr. t. II, p. 160
6Se signaler, v. réfl. Se distinguer, se rendre remarquable en bien ou en mal.
Il [le prince d'Orange] avait envie de se signaler par un grand combat, et croyait en avoir trouvé l'occasion favorable , PELLISSON , Lett. hist. t. III, p. 285
André Osiander s'était signalé parmi les luthériens par une opinion nouvelle qu'il y avait introduite sur la justification , BOSSUET , Var. VIII, 11
Hé bien ! je me trompais, Burrhus, dans mes soupçons, Et vous vous signalez par d'illustres leçons , RAC. , Brit. III, 3
Par une belle chute il faut me signaler , RAC. , Bajaz. IV, 7
Rien n'égale les horreurs par lesquelles se signalèrent les Armagnacs et les Bourguignons , DUCLOS , Oeuvr. t. V, p. 56
Je le vis alors cet Alexandre, qui depuis a rempli la terre d'admiration et de deuil ; il avait dix-huit ans, et s'était déjà signalé dans plusieurs combats , BARTHÉL. , Anach. ch. 82 Absolument. Se signaler, faire de grands efforts pour quelque chose.
Pour madame de Coulanges, elle s'est signalée , SÉV. , 423
Les habitants de Thessalonique, affectionnés pour la gloire de leur prince et naturellement portés à toute sorte de spectacles, se signalèrent en cette occasion , FLÉCH. , Hist. de Théodose, IV, 1
XVIe s.
Capitaines segnalez , LANOUE , 203
Des emulations honnestes, à qui se signaleroit le plus, tant à bien obeir qu'à bien commander , LANOUE , 220
Aiant signalé soi et son cheval de casaques, d'escharpes, bardes, et pennaches au chanfrain et en croupe.... il se signalla à bon escient , D'AUB. , Hist. II, 310
Signal ; provenç. signalar ; catal. senyalar ; espagn. señalar ; portug. sinalar ; ital. segnalare. SIGNALER. 3Ajoutez : Signaler que, faire observer que.
Le duc de Richmond signale à la chambre que, d'après le vote officiel, il y aurait eu une erreur d'une voix... , Journ. offic. 19 fév. 1872, p. 1193, 2e col.