SERRURIER

Prononciation : sè-ru-rié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des sé-ru-rié-z habiles
Nature : s. m.

1Artisan, ouvrier qui fait des serrures et des ouvrages de fer.
Un affreux serrurier, laborieux Vulcain, Qu'éveillera bientôt l'ardente soif du gain, Avec un fer maudit qu'à grand bruit il apprête, De cent coups de marteau me va fendre la tête , BOILEAU , Sat. VI Serrurier en bâtiments, celui qui s'occupe des ouvrages en fonte, des gros fers, des serrures et objets de quincaillerie employés dans les constructions. Serrurier mécanicien, celui qui s'occupe des pièces en fer forgé employées dans la construction des machines. Serrurier charron, celui qui travaille au ferrage des voitures.
2Nom vulgaire des pics et des mésanges. XIIIe s.
Nus [nul] serruriers ne peut faire clef à serrure, se la serreure n'est devant lui en son hostel , DE LABORDE , Émaux, p. 498
Fevre marischal, grossier et greifier et hiaumier pueent ovrer de nuiz si leur plaist, et tout li mestier devant dit, hormis serreuriers et couteliers , Liv. des mét. 45
Il puet estre serruriers à Paris qui veut, pour tant qu'il ait achaté le mestier du roy , DE LABORDE , 51
XVe s.
Nul serrurier ne pourra faire serrure de fer où le pesle soit fourché , Ordonn. août 1489
Serrure ; wallon, seruî ; Berry, sarrurier, sarrusier.