SERGENTERIE

Prononciation : sèr-jan-te-rie
Nature : s. f.

Terme vieilli. Office de sergent. Sergenterie royale. Sergenterie héréditaire. On appelait autrefois grandes sergenteries les terres tenues du roi seul, dont le seigneur était obligé, à cause de son fief, d'aller servir le roi en personne dans ses armées, ou de mettre plusieurs personnes à sa place ; et petites sergenteries, celles qui, n'étant pas tenues du roi, obligeaient le vassal aux mêmes devoirs à l'égard de celui dont il relevait. XIIIe s.
Serganterie de penre autrui biens por faire detes paier est uns offices haineus , BEAUMANOIR , LIV, 8
XIVe s.
Quant Bauduins perçoit si grande chevauchie Venir par le marchiet, dont ne s'aresta mie ; Contre eus s'est adreciés o sa serganterie , Baud. de Seb. IX, 543
Sergenter.