SERGE

Prononciation : sèr-j' ; Chifflet, Gramm. p. 182 : le peuple dit serge, mais la cour dit sarge
Nature : s. f.

Étoffe commune de laine qui est croisée.
Que d'une serge honnête elle ait son vêtement, Et ne porte le noir qu'aux bons jours seulement , MOL. , Éc. des mar. I, 2
Serges de Meuse, ou demi-Londres qui se fabriquent à Sedan , Arrêt du Conseil, 8 avril 1718
Son logement était composé de trois pièces, dont la principale était meublée, tapisserie, lit et chaises, d'une serge violette ; vous eussiez cru entrer dans la chambre d'une dévote , DUCLOS , Oeuvr. t. X, p. 40
Serges ou frocs, serges croisées, serges doubles trémières blanches ou grises, serges sur étaim blanches et grises de première qualité, serges drapées, serges croisées doubles à deux étains , Tableau annexé aux Lett. pat. du 22 juillet 1780 Il y a aussi des serges de soie, qui portent ce nom parce qu'elles sont travaillées et croisées comme la serge de laine.
XIVe s.
Six sarges rouges , DU CANGE , sarga.
XVIe s.
On aura à vil prix la serge, J'en tends que le bagage on charge , MAROT , II, 155
Berry, sarge ; provenç. serga, sirgua ; catal. sarga ; espagn. sarga ; portug. sarja ; ital. sargia. Origine douteuse. Diez le tire du lat. serica, étoffe de soie, parce que la soie s'y mêlait à la laine. Souza le tire d'un mot arabe saraka. Le bas-latin offre comme synonyme de sarga les mots sarcile, sarcilus, sarcilis vestis ; ce qui conduirait au lat. sarcire, faire les habits, qui aurait pris un sens particulier.