SEPTEMBRE

Prononciation : sè-ptan-br'
Nature : s. m.

Le neuvième mois de l'année.
Car la saison approchait de septembre, Mois où le froid et le chaud sont douteux , LA FONT. , Remède.
Le mois de septembre [en 1677] ne contrefait ni l'été ni l'hiver, il est le plus beau mois de septembre que vous ayez jamais vu , SÉV. , 356
Laisse-moi donc ici, sous leurs ombrages frais, Attendre que septembre ait ramené l'automne , BOILEAU , Épît. VI
Lui-même [Napoléon à Moscou] sent l'insuffisance de ces moyens, et pourtant septembre n'est déjà plus ; octobre commence , SÉGUR , Hist. de Nap. VIII, 9 Journées de septembre, massacres de septembre, ou, absolument, septembre, massacre des suspects et principalement des prêtres non assermentés (Paris 1792).
Que dis-je ? quand septembre, aux Français si fatal, Du massacre partout donnait l'affreux signal , DELILLE , Pit. III
Le 22 septembre 1792, date de la fondation de la république.
Un beau jour, citoyens ! la république est née ; Salut, vingt-deux septembre, immortelle journée ! , PONSARD , Charlotte Corday, I, 1
La purée de septembre, le vin, parce qu'on vendange en ce mois. Septembre est le mai d'automne.
XIIIe s.
Lors commença l'on à livrer les nés et les vaissiaus pour movoir, dont termines estoit jà tant passés que setembres aprochoit , VILLEH. , XLI
Se li sietembres tient le [la] nature de l'esté , ALEBRANT , f° 16
Wallon, septeinp ; bourguig. septambe ; provenç. septembre, setembre ; espagn. setiembre ; portug. setembro ; ital. settembre ; du lat. september, de septem, sept, parce que, dans l'ancienne année romaine commençant au mois de mars, septembre était le septième mois.