SENTEUR

Prononciation : san-teur
Nature : s. f.

1Ce qui frappe l'odorat, ce qui est senti.
Ils [Boileau et Racine, à l'armée comme historiographes] disaient qu'encore que le roi craigne les senteurs, ce gant d'Espagne [la ville de Gand prise] ne lui fera point de mal à la tête , SÉV. , à Bussy, 18 mars 1678
À l'odorat appartiennent les bonnes et mauvaises senteurs , BOSSUET , Connaiss. I, 1
Ô le sacrifice agréable, ô l'hostie de bonne senteur ! , BOSSUET , Sermons, Nécess. des souffranc. 2
La biche jette loin d'elle son petit faon, afin que les chiens ne puissent le découvrir par la senteur de sa piste , FÉN. , Exist. I, 26
Alors.... Que les champs exhalaient leurs senteurs embaumées , V. HUGO , Crép. 32 Pois de senteur, voy. POIS. Rat de senteur, nom d'un petit quadrupède.
2Composition parfumée.
Item peaux de senteur du sieur Frangipani ; Le présent est-il laid ? nenni, ma foi, nenni , SCARR. , Poésies div. Oeuv. t. VII, p. 248, dans POUGENS
J'aime toujours les eaux de senteur, et je n'aime ni singe, ni perroquet , MAINTENON , Lett. à M. de Villette, 30 janv. 1683
Il a la main douce, et il l'entretient avec une pâte de senteur , LA BRUY. , XIII
On fait les eaux spiritueuses de senteur en dissolvant quelques gouttes d'huiles volatiles dans l'alcool , FOURCROY , Conn. chim. t. VIII, p. 152 Aimer les senteurs, porter des senteurs ; on dit aujourd'hui de préférence : aimer les odeurs, porter des odeurs.
XVIe s.
Ilz portent des huyles de parfums et des senteurs dedans des philoes , AMYOT , Arist. 52
J'en ay veu fuir la senteur de pommes, plus que les arquebusades , MONT. , I, 184
J'aime bien fort à estre entretenu de bonnes senteurs, et hais oultre mesure les mauvaises , MONT. , I, 392
Sentir ; wallon, seinteur ; Berry, sinteur ; ital. sentore.