SECTAIRE

Prononciation : sè-ktê-r'
Nature : s. m.

1En général, membre d'une secte.
Religionnaire est bâtard et monstrueux ; pour le moins il n'est pas français, et n'a garde d'être si bon que sectaire, duquel néanmoins on ne se sert pas , BALZ. , Socr. chrét. Disc. 10
Les sectaires de Mahomet , L'ABBÉ HOUTEVILLE , dans DESFONTAINES
2Particulièrement. Celui qui est d'une secte religieuse condamnée par la communion principale dont elle s'est détachée.
Les partisans de la bulle se croyaient fondés à traiter les jansénistes comme des sectaires déclarés , D'ALEMB. , Oeuvr. t. V, p. 77 Il se dit surtout d'une secte nouvelle qui s'efforce de faire prévaloir ses opinions, sa doctrine.
Barnevelt favorise un sectaire insensé , LEMIERRE , Barnevelt, I, 2
Adj. Un culte sectaire.
M. Villemain, dans un discours prononcé à l'académie le 30 juin 1842, a dit : " Sectaire des vertus de Port-Royal, mais juge indépendant des passions qui s'y mêlent, il.... célèbre cet irréprochable asile de la science et de la foi. " Cet emploi de sectaire n'est pas juste ; il faut sectateur ou partisan. Secte.