SECONDER

Prononciation : se-gon-dé
Nature : v. a.

1Suivre, venir en second lieu (emploi qui vieillit).
Je ne vanterai point les exploits de mon bras ; Votre Majesté, sire, a vu mes trois combats ; Il est bien mal aisé qu'un pareil les seconde, Qu'une autre occasion à celle-ci réponde , CORN. , Hor. V, 2
Jusqu'ici les effets secondent sa promesse , RAC. , Mithr. IV, 1 Absolument.
Cette puissance royale, qui doit donner le branle dans les autres choses, n'a jamais jugé indigne d'elle de ne faire que seconder dans les affaires spirituelles , BOSSUET , Panég. St Thomas de Cantorb. 1
Répliquer sur le même ton Il m'aborde en tremblant avec ce compliment : Vous m'attirez à vous ainsi que fait l'aimant.
Il pensait m'avoir dit le meilleur mot du monde ; Entendant ce haut style, aussitôt je seconde, Et réponds brusquement sans beaucoup m'émouvoir : Vous êtes donc de fer, à ce que je puis voir , CORN. , Veuve, I, 4
2Servir de second, d'aide à quelqu'un.
Je seconderai Rome, et veux vous introduire , CORN. , Nicom. II, 4
Chrysale : Secondez-moi bien tous. - Martine : Laissez-moi, j'aurai soin De vous encourager , MOL. , Femm. sav. V, 4
Le prince, quelque grand qu'il soit, ne connaît sa force qu'à demi, s'il ne connaît les grands hommes que la Providence a fait naître en son temps pour le seconder , BOSSUET , le Tellier.
Quoi ! madame, est-ce ainsi que vous me secondez ? , RAC. , Iphig. V, 2 Il se dit aussi de ce qui seconde, favorise.
Tant que sa faveur [du sort] vous seconde, Vous êtes les maîtres du monde, Votre gloire nous éblouit , J. B. ROUSS. , Odes, II, 6
Par extension. Il prend un nom de chose pour régime.
Quand je serai à Paris, nous tâcherons de seconder vos bons commencements , SÉV. , 287
Un sage et intelligent chancelier seconde les désirs d'un roi zélé pour l'Église , BOSSUET , le Tellier.
Les exemples secondent les préceptes , BOSSUET , 4e écrit sur les Max. des saints, I, 11
Je suis très persuadé qu'il n'y a que M. de Malesherbes et M. Turgot capables de seconder vos vues généreuses [au sujet des serfs mortaillables de Saint-Claude] , VOLT. , Lett. Christin, 1er oct. 1775
3Terme du jeu de paume. Servir de second dans une partie Prenez ce joueur-là, il vous secondera bien. Absolument. Il n'est pas bon pour primer, mais il seconde bien. 4Se seconder, v. réfl. Se donner mutuellement du secours.
Cette disposition à se seconder mutuellement multiplia à l'infini les avantages que donnaient déjà à l'homme isolé son adresse et son intelligence , CUVIER , dans le Dict. de DOCHEZ.
XVIe s.
Frere Jean demanda maniere de haulser le tempz en calme ; Panurge seconda soubdain, et demanda pareillement remede contre fascherie. Epistemon tiercea en guayeté de coeur, demandant.... , RAB. , Pant. IV, 63
Lorsque quelqu'un prend fantaisie de s'aller battre, il faut que celui qui le seconde (comme on parle) ou qui le tierce, se batte aussi à outrance contre les seconds et les tiers de la part contraire , LANOUE , 248
Il est vray-semblable que ceux qu'on met au premier rang, sont hommes choisis, et que ceux du second les secondent [les suivent] en valeur , LANOUE , 290
Ceste nouvelle fut secondée [suivie] d'une autre : à sçavoir.... , LANOUE , 584
J'ai embouché nostre bon amy Saint-André, qui repondra pour vous, ou qui vous secondera, si vous parlés le premier , CARLOIX , I, 35
....Pour ne se pas vouloir demettre jusques à seconder [être le second après] seulement un homme romain, qui auroit esté son beaupere, et au demourant pouvoir estre le premier de tous les hommes , AMYOT , Pomp. 107
Et si n'eut jamais le timon ni l'authorité de pilote en main, ains s'attacha seulement à manier les voiles et le cordage, en assistant et secondant ceulx qui avoient plus de credit et de puissance que luy , AMYOT , Phocion, 5
Demosthenes les secondoit et aidoit de tout ce qu'il pouvoit à solliciter les Grecs de vouloir prendre les armes avec les Atheniens , AMYOT , Demosth. 39
Chassons avec le vin le soin et les malheurs ; Je combas les soucis quand le vin me seconde , RONS. , 273
Provenç. segondar ; catal. secundar ; espagn. segundar ; ital. secondare ; du lat. secundare, de secundus, second.