SCION

Prononciation : si-on
Nature : s. m.

1Petit brin, petit rejeton tendre et très flexible d'un arbre, d'un arbrisseau. Fig.
Et fais renaître de leur souche Des scions si beaux et si verts.... , MALH. , II, 4
2Deuxième âge de l'oeil, développement du bourgeon ; le développement du scion s'appelle rameau. 3Jeune branche destinée à être greffée. 4Baguette pour battre, fustiger.
Commençons par ce corps d'albâtre qu'il [l'Amour] appelle le temple de la blancheur ; prenez vos scions, filles de la Nuit, et me l'empourprez si bien [le corps de Psyché], que cette blancheur ne trouve pas même un asile en son propre temple , LA FONT. , Psyché, II, p. 173
XIIIe s.
Bien est en lui repris li germes D'amors, si qu'il monte en cion , Roman de la Poire
Ire le sieut [suit] de près, qui a plusieurs cions, Rancunes et haïnes, plaiz et detraccions, Murdres et omicides et granz occisions , J. DE MEUNG , Test. 1709
Por quoi il me plest que je face De lui [une damoiselle] bele description ; Ce fut le plus gentil cion Où Diex meïst onques nature , Meraugis, p. 3
XVe s.
Ainsi que dit ce proverbe commun : de bonne souche bon syon , Bouciq. I, 2
XVIe s.
Bref il congneut que toute nation Ployoit soubs luy comme au vent le sion , MAROT , I, 160
Picard, chion. D'après Diez, scion représente le lat. sectionem, de secare, couper ; c'est ainsi qu'en allemand scion se dit Schnittling, de schneiden, couper ; le sens concret de scion entraînant le genre masculin. Cette étymologie est fort probable ; cependant, en ce cas, le picard devrait dire soyon.