SCAPULAIRE

Prononciation : ska-pu-lê-r'
Nature : s. m.

1Pièce d'étoffe qui descend depuis les épaules jusqu'en bas par devant et par derrière, et que plusieurs religieux portent sur leurs habits.
Des moines de Cîteaux, assez puissants pour fournir aux frais de la défense de la ville de Calatrava [contre les musulmans], armèrent leurs frères convers avec plusieurs écuyers qui combattirent en portant le scapulaire , VOLT. , Moeurs, 64
2Deux petits morceaux d'étoffe, attachés l'un a l'autre par deux rubans que les carmes bénissent et font porter à l'honneur de la sainte Vierge, en vertu d'une vision de Simon Stock, carme anglais du XIIIe siècle.
Le scapulaire et le rosaire sont toutes les marques de religion que les moines exigent des Espagnols Péruviens , VOLT. , Dict. phil. VII, 31 Fig.
....soumise à cette volonté souveraine [la Providence] ; c'est là ma dévotion, c'est là mon scapulaire, c'est là mon rosaire , SÉV. , 18 mai 1680
3Terme de chirurgie. Large bande de toile divisée en deux chefs dans les trois quarts de sa longueur, dont on fixe l'extrémité non divisée à la partie postérieure et moyenne du bandage de corps, et dont les chefs, ramenés en devant, en passant l'un par-dessus l'épaule droite et l'autre par-dessus la gauche, sont attachés à la partie antérieure du bandage, pour l'empêcher de descendre. 4Adj. Terme d'anatomie. Qui appartient à l'épaule. Veine, artère scapulaire. Aponévrose scapulaire, aponévrose fixée à l'épine et au bord spinal de l'omoplate, et à la crête qui est intermédiaire aux muscles sous-épineux et grand rond. Se dit des plumes qui naissent sur l'humérus, près de la jonction de l'aile avec le corps, et s'étendent de chaque côté, le long du dos, sans que le déploiement des ailes les fasse changer de direction. XVe s.
.... Froz et capulaires Et leur gounelle, Qui est dessoubz blanche com noif [neige] nouvelle.... , CHRIST. DE PISAN , Dict de Poissy.
Provenç. escapolari ; catal. escapulari ; espagn. escapulario ; ital. scapolare ; du lat. scapularium, de scapula, épaule.