SAVOIR-FAIRE

Prononciation : sa-voir-fê-r'
Nature : s. m.

1Habileté dans un art quelconque.
Je vous demande en grâce de ne pas laisser sortir de vos mains ma pauvre Crète [tragédie des Lois de Minos], jusqu'à ce que j'aie épuisé tout mon savoir-faire , VOLT. , Lett. Richelieu, 4 juill. 1772
2Particulièrement. Habileté à faire réussir ce qu'on a entrepris.
Le savoir-faire est nouveau : un homme qui a du savoir-faire ; il en est venu à bout par son savoir-faire ; quoique ce terme exprime assez bien, les personnes qui parlent le mieux ne peuvent s'y accoutumer ; il n'y a pas d'apparence qu'il subsiste, et je ne sais même s'il n'est point déjà passé ; aussi est-il très irrégulier, et même contre le génie de notre langue, qui n'a point de pareils substantifs , BOUHOURS , Entret. d'Ariste et d'Eug. 2
Son savoir-faire nous garantira de leurs mauvais desseins , BUSSY-RABUTIN , Lett. t. III, p. 103, dans POUGENS
Suivez-moi dans le logis, et reposez-vous sur mon petit savoir-faire , DANCOURT , la Parisienne, sc. 9
Je commençais même à comprendre que, pour gagner du bien, le savoir-faire vaut mieux que le savoir , BEAUMARCH. , Mar. de Figaro, V, 3
Savoir 1, et faire. On remarquera la condamnation, injuste d'ailleurs, de ce mot par Bouhours. Les mots savoir-faire, savoir-vivre et autres semblables sont composés de deux infinitifs dont l'un régit l'autre.