SAUPOUDRER

Prononciation : sô-pou-dré
Nature : v. a.

1Poudrer de sel. Fig. et familièrement.
Le pâle jeune homme [un poëte romantique] commençait à sentir l'encens dont le baron avait habilement saupoudré son exorde , CH. DE BERNARD , la Chasse aux amants, § X
2Par extension, poudrer de farine, de poivre ou de toute autre poudre.
Seize onces d'amidon saupoudraient seize onces de cheveux étrangers qui cachaient dans leur épaisseur le buste d'un petit homme , VOLT. , Dict. phil. Blé, 4
Ils saupoudrèrent une hostie de sublimé corrosif , VOLT. , Pol. et lég. Digression sur les sacriléges.
S'il me tombe entre les mains un poisson dont la chair est ferme, j'ai soin de le saupoudrer de fromage râpé et de l'arroser de vinaigre , BARTHÉL. , Anach. 25
3Terme d'horticulture. Couvrir légèrement de fumier. XVe s.
Du sel puis bien saupoudrer.... , E. DESCH , Poésies mss. f° 230
XVIe s.
L'un contre l'autre adonc se met en poinct, Ses mains saupoudre, et d'huile son corps oingt , AMYOT , Pompée, 77
Saupoudrer de sel fort menu , PARÉ , XVIII, 47
Elles [les femmes romaines] se saulpoudroient de quelque pouldre pour reprimer les sueurs , MONT. , I, 374
Génev. soupoudrer ; de sel, et poudre.