SAUPIQUET

Prononciation : sô-pi-kè ; le t ne se lie pas
Nature : s. m.

Sauce piquante, ragoût qui excite l'appétit.
Ha Dieu ! pourquoi faut-il que mon esprit ne vaille Autant que cil [Homère] qui mit les souris en bataille, Qui sut à la grenouille apprendre son caquet, Ou que l'autre [Virgile dans le Moreton] qui fit en vers un saupiquet ? , RÉGNIER , Sat. VI
XIVe s.
Le saupiquet pour connin ou pour oiseau de riviere , Ménagier, II, 5
XVe s.
Ferme, duyt et rusé du stile, Esveillé comme un saupiquet , COQUILL. , le Monologue de la botte de foin.
XVIe s.
Je prie toutes les honnestes dames qui liront dans ce chapitre aucuns contes, si par cas elles y passent dessus, me pardonner s'ils sont un peu gras en saupicquets , BRANT. , Dames gal. t. I, p. 296, dans LACURNE
Sel, et piquet : piquet, pointe de sel ; provenç. espagn. et portug. salpicar. SAUPIQUET. - HIST. XVIe s. Ajoutez :
Les uns me blament d'aimer trop les bastiments et les riches ouvrages ; les autres, la chasse, les chiens, les oiseaux ; les autres, les cartes, les dés et autres sortes de jeux ; les autres, les dames, les delices et l'amour ; les autres, les festins, banquets, sopiquets et friandises , Lettre d'Henri IV à Sully, 8 avr. 1607