SATURATION

Prononciation : sa-tu-ra-sion
Nature : s. f.

1Terme de chimie. Le terme où, les affinités réciproques des deux principes d'un corps binaire étant satisfaites, aucun des deux principes n'est plus susceptible de s'unir avec une nouvelle quantité de l'autre. La saturation des alcalis par les acides.
Quand on sature l'acide arsénique de magnésie, il se forme une matière épaisse vers le point de saturation , FOURCROY , Conn. chim. t. V, p. 83 Il se dit aussi d'un liquide qui ne peut pas dissoudre une quantité plus considérable d'une substance soluble ; d'un gaz qui ne peut pas recevoir une plus grande quantité de vapeur. La saturation de l'eau par le sucre. La saturation de l'air par l'humidité. Point de saturation, quantité d'humidité que l'air peut dissoudre à une température donnée.
2Saturation du sol des cimetières, condition qui provient de ce que, des cadavres nouveaux y étant incessamment inhumés avant que les cadavres plus anciens aient eu le temps de se consumer, le sol devient impropre à opérer les changements qui constituent la putréfaction. 3En physique, aimanter à saturation un morceau d'acier, lui donner le plus haut degré possible d'aimantation.
M. Oepinus suppose que l'on veuille augmenter jusqu'au degré de saturation la vertu de quatre barres déjà douées de magnétisme , BUFF. , Min. t. IX, p. 188
Lat. saturationem, de saturare, saturer.