SARCASME

Prononciation : sar-ka-sm'
Nature : s. m.

Ironie amère et insultante.
Le sarcasme n'est autre chose qu'une ironie faite avec aigreur et avec emportement , DU MARS. , Oeuvr. t. III, p. 187
Le marquis de Vence l'appelle [le maréchal de Richelieu] l'antique Alcibiade ; c'est un nom que je lui avais donné dans mes goguettes, quand il n'était point antique ; le sarcasme retombe un peu sur moi , VOLT. , Lett. d'Argental, 24 nov. 1774
Ou bien, dit-il, de ce couple qui s'aime, Livrons la vie au sarcasme des cours , BÉRANG. , Cachet. Fig.
Alors je suis tenté de prendre l'existence Pour un sarcasme amer d'une aveugle puissance , LAMART. , Harm. IV, 11
XVIe s.
...Comme Italiam metire jacens, qui est proprement un sarcasme, c'est à dire une mocquerie que le vainqueur fait sur le corps navré à mort de son ennemy , RONS. , 589
L'evangile, auquel est dict, Luc, IV, en horrible sarcasme et sanglante derision au medicin negligent de sa propre santé : medicin, ô, gueris toy-mesme , RAB. , IV, nouv. Prol.
Provenç. portug. et ital. sarcasmo ; du lat. sarcasmus, qui vient du grec mordre à la chair, du grec, chair (voy. SARCO....).