SANGLOTER

Prononciation : san-glo-té
Nature : v. n.

Pousser des sanglots.
J'aurais sangloté de tendresse , J. J. ROUSS. , Conf. V
Qui là-bas sanglote et regarde ? Eh ! c'est la veuve du tambour , BÉRANG. , Vieux caporal. Il se dit de la voix.
Il entre en tremblant d'émotion, son coeur palpite, sa voix sanglote , VOLT. , Candide, 22
Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
XIIIe s.
Jus de mente, mellés à vin de pumes grenates, restraint le vomir et oste le sougloutir , ALEBRANT , f° 60
[Elle] Bauboie le [le bégaye, un nom], en sanlotant , Partonop. ms. de St-Germain, f° 150, dans LACURNE
XVe s.
Je sanglotis de joie , LOUIS XI , Nouv. C.
XVIe s.
....Ainsi en ses secrets Didon alloit sangloutant ses regrets , DU BELLAY , IV, 22, recto.
Une horreur le saisit, il sanglotte son ame, Et, outré de douleur, contre terre se pasme , RONS. , 672
[Gargantua s'éveillant].... crachoit, toussoit, sangloutoit et esternuoit , RAB. , I, 21
Sanglot ; provenç. sanglotar ; ital. singhiozzare, singozzarc. Sougloutir de l'historique vient directement du lat. singultire. SANGLOTER. Ajoutez : 2Pris activement. Exprimer en sanglotant. Il a sangloté dernièrement une lettre à sa souveraine, pour lui faire savoir..., l'Opinion nationale, 27 mai 1876, 1re page, 4e col. Voy. un emploi semblable de trembloter au Supplément.