SANG-DE-DRAGON ou SANG-DRAGON

Prononciation : san-de-dra-gon ou san-dra-gon
Nature : s. m.

1Espèce de patience, rumex sanguineus, L. dont les nervures sont teintes en rouge, mais qui n'a aucun suc rouge. 2Résine sèche, d'un rouge foncé et presque brun quand elle est en masse, d'un rouge de sang lorsqu'elle est en poudre ; elle provient d'un palmier, le calamus draco, Wildenow ; c'est un astringent employé en poudre comme hémostatique. XVIe s.
Un peu d'eau de vie en laquelle avoit esté dissoult sang de dragon [la résine], aloës et poudre de mastic , PARÉ , VIII, 15
Sang, de, et dragon ; provenç. sang de draco ; espag. sangre de drago ; ital. sangue di dracone. Du sang que le dragon a succé des veines de l'éléphant, pour esteindre par sa froideur l'ardeur qui le brusle dans ses entrailles, et lequel sang il revomit lorsque l'éléphant tombe sur luy et qu'il l'ecrase, comme le recite Pline (VIII, 12), naist et se produit ès isles Canaries, dites fortunées, selon Thevet et le médecin Monardes (c. 38), l'arbre qui porte la gomme appelée sanguis draconis ; en témoignage de quoy le fruict porte la figure d'un dragon si expressément empreinte, qu'on diroit y avoir esté apposé par un peintre, LAURENS CATELAN, Rare et curieux discours de la plante appelée mandragore, Paris, 1634, p. 7.