SALUTAIRE

Prononciation : sa-lu-tê-r'
Nature : adj.

1Utile pour la conservation de la vie, de la santé, de l'honneur, pour le salut de l'âme, etc. Le quinquina est fort salutaire contre la fièvre.
Et [il] prévient, par un ordre à tous deux salutaire, Ou les maux qu'il prépare, ou ceux qu'il pourrait faire , CORN. , Nicom. II, 1
Les grâces pudiques de la reine Esther eurent un effet aussi salutaire [pour le peuple de Dieu], mais moins violent [que l'action de Judith] , BOSSUET , Reine d'Anglet.
Jésus laisse la joie au monde comme un présent qu'il estime peu ; et le partage de ses enfants, c'est une salutaire tristesse qui ne veut point être consolée par les plaisirs , BOSSUET , Sermons, 3e dim. après Pâq. Provid. préambule.
Dieu voyant que nous étions contraints d'aller puiser en divers endroits les ondes salutaires de la vérité , BOSSUET , Panég. St Bernard, préambule.
Le conseil le plus prompt est le plus salutaire , RAC. , Bajaz. I, 2
Quelle voix salutaire ordonne que je vive ? , RAC. , Esth. II, 7
Ces paroles étaient salutaires ; mais je n'étais pas assez prudent pour les écouter , FÉN. , Tél. I
2S. m. Le Sauveur, Jésus-Christ.
Élevons avec joie et nos coeurs et nos voix Au vrai Dieu, notre Salutaire , CORN. , Trad. du ps. XXIV Fig.
C'est ce triomphe de la raison [la tolérance] qui est mon salutaire , VOLT. , Lett. à Catherine II, 29 janv. 1768
XVe s.
Faire euvre salutaire tant pour le bien publique comme autrement , Ms. fonds français, n° 1327, f° 1, Bibl. imp.
XVIe s.
Que dirai plus ? Dieu est le salutaire Des bien-vivans.... , MAROT , IV, 280
L'ignorance pure et remise tout en aultruy estoit bien plus salutaire et plus sçavante que n'est cette science verbale et vaine [traduction en langue vulgaire des saintes Écritures], nourrice de presumption et de temerité , MONT. , I, 398
Lat. salutaris, de salus, salut.