SALTATION

Prononciation : sal-ta-sion ; en vers, de cinq syllabes
Nature : s. f.

Terme d'antiquité. Art qui comprenait la danse, la pantomime, l'action théâtrale, l'action oratoire, etc.
Il ne faut pas restreindre le sens de saltation à celui que nous donnons dans notre langue au mot de danse , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. XI, 1re part. p. 266, dans POUGENS.
Ils s'appelèrent pantomimes, parce qu'ils imitaient et exprimaient tout ce qu'ils voulaient dire, avec les gester qu'enseignait l'art de la saltation , ROLLIN , ib. p. 279
XIVe s.
Par saltacion il entent tripudier ou trescher, caroler, dancier , ORESME , Thèse de MEUNIER.
XVIe s.
Comme si c'eust esté des gens qui eussent dansé, ainsi que l'on fait es festes de Bacchus, avec mouvement et saltations satyriques , AMYOT , Ant. 98
Lat. saltationem, de saltare (voy. SAUTER).