SALAIRE

Prononciation : sa-lê-r'
Nature : s. m.

1Payement pour travail ou pour service. Les ouvriers ont demandé une augmentation de salaires.
Elle [la cigogne] retira l'os [du gosier du loup], puis pour un si bon tour Elle demanda son salaire , LA FONT. , Fabl. III, 9
Enfin un médecin, fort expert en son art, Le guérit [un fou].... Mais voulant de ses soins exiger le salaire.... , BOILEAU , Sat. IV
On les forçait [les cultivateurs du pays de Gex] à travailler sans salaire, eux qui ne vivent que de leur salaire , VOLT. , Pol. et lég. Remontrances au roi.
Le salaire donc réglé, d'un côté par la concurrence des vendeurs, et par celle des acheteurs de l'autre ; le salaire de l'artisan se réglera de la même manière , CONDIL. , Comm. gouv. I, 8
En termes d'économie politique, l'ouvrier est un travailleur qui reçoit sur les capitaux d'autrui une rémunération stipulée d'avance, qu'on nomme salaire, pour exécuter un certain travail avec les capitaux d'autrui , LEVASSEUR , Cours d'écon. rurale, p. 165
2Fig Récompense.
Le fils tout dégouttant du meurtre de son père, Et, sa tête à la main, demandant son salaire , CORN. , Cinna, I, 3
Mais, comme aux grands périls le salaire enhardit.... , CORN. , Oedipe, I, 4
[Le serpent réchauffé] Puis tâche à faire un saut Contre son bienfaiteur, son sauveur et son père. Ingrat, dit le manant, voilà donc mon salaire ! , LA FONT. , Fabl. VI, 13
Pourquoi juger si mal de son intention [d'Assuérus] ? Il croit récompenser une bonne action ; Ne faut-il pas, seigneur, s'étonner au contraire Qu'il en ait si longtemps différé le salaire ? , RAC. , Esth. III, 1 Par antiphrase, châtiment.
Ce lâche mercenaire Qui de sa perfidie a reçu le salaire , MAIR. , Mort d'Asdrub. III, 3
Non, il faut qu'il ait le salaire Des mots où tout à l'heure il s'est émancipé , MOL. , Amph. III, 4
N'imputez qu'à Pallas un exil nécessaire ; Son orgueil dès longtemps exigeait ce salaire , RAC. , Brit. III, 3
XIIIe s.
Li procureur.... doivent avoir salaire soufizant, selon les besongnes qu'il procurent , BEAUMANOIR , IV, 22
XIVe s.
À Robiert Vachot, pour sen sollaire de aidier à kierkier [charger] les beniaus.... , CAFFIAUX , Régence d'Aubert de Bavière, p. 52
La jouvence des nobles corrompue par telx salaires , BERCHEURE , f° 63, recto
Je ai brassé maint mal et si les ai fait fayre, Je croi que briefment en aray mon salayre , Guesclin. 16399
XVe s.
J'ai jà un lonc tens servi Amours en espoir de plaire ; Mes d'un trop petit salaire M'a mon service meri [récompensé] , FROISS. , Poés. mss. p. 250, dans LACURNE
XVIe s.
Il n'est pas raisonnable que les honneurs les plus relevez soient les salaires des crimes les plus abjects , D'AUB. , Faen. I, 9
Provenç. salari, selari ; espagn. et ital. salario ; du lat. salarium, solde du soldat, de sal, sel, à cause que le salaire fut d'abord une indemnité pour le sel. On remarquera en Flandre le changement de l'a en o : solaire. SALAIRE. Ajoutez : Toute peine mérite salaire.