SAIE

Prononciation : sê
Nature : s. f.

1Espèce de manteau grossier.
L'Épirote au front chauve, L'Étolien couvert d'une saie au poil fauve , LAMART. , Harold, 30 Bas de saie, partie inférieure de la saie, habit romain dont se paraient les acteurs tragiques quand ils représentaient Achille, Auguste, Pompée, etc.
Le plaisir d'un roi qui mérite de l'être et de l'être moins quelquefois, de sortir du théâtre, de quitter le bas de saie et les brodequins, et de jouer avec une personne de confiance un rôle plus familier , LA BRUY. , X.
2Etoffe légère de laine, qui est une espèce de serge. Ce mot a été masculin dans le XVIIe siècle comme il l'était au XVIe : Darius était vêtu d'un saie de pourpre mêlée de blanc, VAUG Q. C. III, 3. XIIIe s.
Berte chaÿ pasmée sur un drap noir com saie , Berte, VIII
XVIe s.
Pour son saye feurent levées 1800 aulnes de velours bleu tainct en grene , RAB. , Garg. I, 8
Ils ne portoient avec leurs harnois que des bas de saye, et les nostres les sayes tout entiers, mais sans manches , CARLOIX , IV, 27
Il portoit toujours un saye teint en pourpre , AMYOT , Rom. 41
Prov. saga, saya, saia ; espagn. saya ; ital. saia ; du lat. sagum (voy. SAGUM). Petite brosse de poil de porc, dont se servent les orfévres pour nettoyer leur ouvrage. Prononciation normande de soie.