SACRER

Prononciation : sa-kré
Nature : v. a.

Conférer au moyen de certaines cérémonies religieuses un caractère de sainteté.
Samuel prit l'urne pleine d'huile, et il le sacra [Saül] au milieu de ses frères , SACI , Bible, Rois, I, XVI, 13
Il [Fénelon] se récrie contre ce fait, comme s'il était au-dessous de lui d'être sacré de mes mains , BOSSUET , Rép. Rem. Quiétisme, Avant-propos.
Ce grand saint et ce nouveau Samuel [saint Rémi], appelé pour sacrer les rois, sacra ceux de France en la personne de Clovis, comme il le dit lui-même, pour être les perpétuels défenseurs de l'Église et des pauvres , BOSSUET , Polit. VII, VI, 14
David gardait les brebis quand Samuel l'envoya chercher pour le sacrer roi , FLEURY , Moeurs des Israél. tit. VI, part. II, p. 50
Philippe Ier est celui qui a commencé à se faire sacrer à Reims , SAINT-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. V, p. 387, dans POUGENS
Pepin n'est pas le premier roi de l'Europe qui se soit fait sacrer avec de l'huile à la manière juive ; les rois lombards avaient pris cette coutume des empereurs grecs , VOLT. , Ann. Emp. Charlemagne, 754
Nicolas de Thou, évêque de Chartres, oncle de l'historien, eut l'honneur de sacrer le plus grand roi qui ait gouverné la France [Henri IV] , VOLT. , Hist. parl. XXXIV Fig.
De quel divin parfum, de quel pur diadème La gloire aurait sacré ton front ! , LAMART. , Méd. II, 7
XIIe s.
L'arcevesque Rogiers, qui nel volt refuser, L'aveit enuint [oint] à rei ; nel se deüst penser : Car cil de Cantorbire deit tuz les reis sacrer , Th. le mart. 68
En cel cuntemple, fud une cité Sylo, de part Effraïm, que Deu out à sun oes [à son service] saisie et sacrée , Rois, p. 2
XIIIe s.
Et fu sacrés à Reims à roi, et fu li pires rois qui onques feust , Chr de Reims, p. 130
Il doit vivre d'autre labor, Puis qu'il est à prestre sacrez , Ren. 20873
XVIe s.
Avec le gland qui leur tomboit à gré Du large chesne à Jupiter sacré , MAROT , IV, 17
N'estimant rien, comme dit Horace, sinon ce que la mort a sacré , DU BELLAY , I, 21, recto.
Humiliez vous devant sa sacrée face, et recongnoissez vos imperfections , RAB. , Pant. IV, Nouv. prol.
Je vous ferai faire plus de signes de croix de ce que je sais des femmes, que l'on n'en fait à sacrer une eglise , MARG. , Nouv. X
C'est la vertu qui sacre et couronne les roys , Sat. Mén. p. 214
Secondement les arteres crurales font les sacrées, lesquelles s'en vont à la mouelle de l'os sacrum , PARÉ , I, 25
Provenç. et espagn. sagrar ; ital sagrare ; du lat. sacrare, rendre sacré, de sacer, sacré. Terme familier. Jurer, blasphémer.
De leur côté les bateliers juraient, Rimaient en Dieu, blasphémaient et sacraient , GRESSET , Ver-vert, III Il se conjugue avec l'auxiliaire avoir.
C'est sacrer 1, détourné de son sens de la même façon que jurer en un emploi analogue.