SACRE

Prononciation : sa-kr'
Nature : s. m.

1Action par laquelle on sacre un roi.
Le sacre n'est qu'une cérémonie, mais elle en impose au peuple , VOLT. , Hist. Parlem. XXXIV
Quoique Philippe n'eût encore que sept ans, la cérémonie de son sacre se fit à Reims le 23 mai, jour de la Pentecôte 1059, du vivant de son père, qui mourut l'année d'après , BRIAL , Mém. hist et lit. anc. t. IV, p. 490 Fig.
[Napoléon] Des porte-clefs anglais misérable risée, Au sacre du malheur il retrempe ses droits , V. HUGO , Orient. 40
2L'action par laquelle on sacre un évêque.
Pour dire un mot de moi en particulier et sur un fait dans le fond très indifférent, étais-je indigne d'être invité par M. de Cambrai à faire son sacre, moi qu'il appelait, quoique indigne, son père et son maître ? , BOSSUET , Remarques sur la rép. de M. de Cambrai, Avant propos.
3Se disait de la procession de la Fête-Dieu. Le sacre d'Angers. XIIe s.
à tel sacre ne dut prodome metre destre , Th. le mart. 127
XVe s.
Ceux de la cité de Reims doivent le sacre du roi , FROISS. , II, II, 74
De ce sacre sont tous les roys de France Oint et sacré, et non autre lignée , E. DESCH. , Sur quels points doit durer ce royaume.
Encore ay-je d'autres veüs Jurer le sang que Dieux jecta, Et par le ventre Dieu le plus, Par le sacre que Dieux sacra, Par cil qui sa mort pardonna , E. DESCH. , Poés. mss. f° 32
La veille du sacre [de la Fête-Dieu] , Hist. d'Artus III, p. 748, dans LACURNE
XVIe s.
De son bon gré ta gent bien disposée Au jour très saint de ton sacre courra , MAROT , IV, 321
Voy. SACRER ; provenç. et ital. sagra ; espagn. sacra. 1Grand oiseau de proie du genre faucon, falco sacer, Schl.
Le sacre n'est point, comme le dit M. Brisson, une variété du faucon, mais une espèce différente qu'il faut considérer à part , BUFF. , Ois. t. II, p. 21
2Ancien canon, pesant environ 2850 livres ; il lançait un projectile de 5 livres. XIVe s.
Autres faucons y a qui sont de Flandres et sont des faucons sacres, et sont entre le gentil et le vilain , Ménagier, III, 2
XVIe s.
Couleuvrines, sacres, faucons.... noms pris des animaux les plus ravissans, comme des sacres et faucons , PARÉ , IX, Préf.
Cependant qu'il [le duc de Savoie] estoit après cestuy affaire de se venger sur ce poure personnaige, l'on luy apportoit tous les jours des nouvelles que le marquis de Montferrat lui faisoit mille esgarades en son pays de Piedmont ; mais il aimoit mieulx plumer le poucin que de se garder d'être plumé du sacre , BONIVARD , Chr. de Gen. III, 17
Portug. sacre ; de l'arabe çaqr, épervier. M. Dozy rejette l'opinion de Diez qui voit dans sacre la traduction du terme grec qui signifie épervier (de sacré), attendu que çaqr est un mot ancien dans l'arabe. Homme capable de toutes sortes de rapacités et même de crimes.
Ce maréchal de Joyeuse était une manière de sacre et de brigand, qui pillait tant qu'il pouvait , SAINT-SIMON , 278, 6
L'abbé Dubois.... était en plein ce qu'un mauvais français appelle un sacre, mais qui ne se peut guère exprimer autrement , SAINT-SIMON , 390, 13
XVIe s.
Notre langage se sert, par metaphore, du nom d'un autre oiseau de proye, à sçavoir, du sacre ; car nous disons : c'est un sacre, ou c'est un merveilleux sacre, de celuy qui, en quelque lieu qu'il puisse mettre les mains, happe tout, racle tout, et en somme auquel rien n'échappe. Et en ceci nous ne parlons pas sans raison, car aucuns tiennent le sacre pour le plus hardi et vaillant entre les oiseaux de proye , H. EST , Project du livre intitulé De la précellence du langage françois
Sacre 2, par allusion à la rapacité de cet oiseau de proie.