SACCADE

Prononciation : sa-ka-d'
Nature : s. f.

1Mouvement subit communiqué aux rênes par les mains du cavalier ou du conducteur.
Le cheval ayant levé la tête pour une furieuse saccade que l'imprudent lui donna , SCARR. , Rom. com. I, 19
Son maître a beau tourner la bride, donner des saccades, serrer les genoux, appuyer des éperons... , VOLT. , Blanc et noir. Terme de vénerie. Donner une saccade au limier, tirer brusquement le trait lorsqu'il se rabat sur de mauvaises voies ou que l'on voit qu'il veut crier.
2Secousse violente qu'on donne à quelqu'un. Il le prit au collet, et lui donna deux ou trois saccades. Fig.
Jusques à ce qu'il fut dompté [le duc d'Orléans], il ruait et donnait des saccades , RETZ , III, 107
3Mouvement irrégulier et violent. N'aller, n'avancer que par des saccades. Fig.
Partout l'enchaînement naturel des objets, dont l'un vous conduit à l'autre sans saccade , LA HARPE , Cours de litt. t. X, p. 390
4Fig. Rude réprimande, correction rude. Il a eu une vigoureuse saccade.
Il a semblé bon.... de vous supplier de donner une saccade et un coup d'éperon au cheval qui a rué contre la Tolérance [ouvrage de Voltaire] , VOLT. , Lett. à d'Alemb. 15 déc. 1763
XVIe s.
Piqué par un gentil-homme, qui lui disoit en donant la sacade [coup de pied] dans les fesses : Vous estes philosophe : l'autre respond : Et vous picque-philosophe , D'AUB. , Faen. III, 22
L'ancien verbe saquer, sacher, qui veut dire tirer. Quant à saquer ou sacher, les opinions se divisent. Diez pense qu'il vient de sac, et que du sens de mettre en sac que ce verbe a en effet, on a produit le sens contraire de tirer hors du sac. Scheler ne peut admettre ce passage d'un sens à son opposé ; et il propose deux conjectures : l'une, que sacher représente l'italien scaccare, détacher ; l'autre, qu'il provient de l'anglo-saxon scâcan, secouer ; anglais to shake. Mais la forme des mots s'oppose à l'une et à l'autre conjecture. L'origine de sacher reste incertaine ; pourtant la conjecture de Diez est fort probable.