SABLON

Prononciation : sa-blon
Nature : s. m.

1Sable fin, très menu. Écurer la vaisselle avec du sablon.
Et dans Seine et Marne luira Même sablon que dans Pactole , MALH. , VI, 2
Pendant que nous multiplions nos iniquités par-dessus les sablons de la mer , BOSSUET , Sermons, Charité fratern. 3
2Au pluriel. Lieu sablonneux, amas de sable (sens qui a vieilli).
Je passai la mer Rouge et les sablons brûlés , DESMARETS , Visionn. V, 7
D'Édesse à Béroé sont de vastes sablons , LA FONT. , Capt. de St-Malc. Le sablon va toujours au fond.
XIIe s.
Li reis d'Egypte assembla si très granz gens come est le sablon qui est el rivaige de la mer , Machab. I, 11
XIIIe s.
Et les requisent une liue lonc parmi le sablon caut [chaud] et ardant , Chr. de Rains, p. 93
L'en doit conter à droiture d'une teneure, puiser et abruver ses bestes, et droiture de pestre là, si et de fere i la chous [chaux] et de sablon foïr , Liv. de jost. 141
Quant nous les veismes venir, nous fichames les pointes de nos escus au sablon , JOINV. , 215
XVe s.
Les Anglois prirent terre assez près de Vennes, et issirent hors des vaisseaux, et mirent leurs chevaux sur le sablon , FROISS. , I, I, 197
D'après le sablon couru et demie heure passée [dans les joutes il y avait un sablier pour mesurer le temps] , O. DE LA MARCHE , Mém. liv. II, p. 560, dans LACURNE
XVIe s.
Par les sablons de la cuite Libye , DU BELLAY , VIII, 16, verso
Le crieur de sablon a passé par icy [on y a envie de dormir] , OUDIN , Curios. franc.
À Poulangis il s'en alloit Parmy les sablons et les fanges Portant sa maistresse à vendanges , Sat. Mén. l'Asne ligueur
Wallon, sâvion ; provenç. sablon, sablo ; ital. sabbione ; du latin sabulonem, dérivé de sabulum, sable. Le bas-latin sablonosus (voy. SABLONNEUX) montre que dès le VIIe siècle il y avait une forme sablonem.