SABIR

Prononciation : sa-bir
Nature : s. m.

Nom donné, dans le Levant et en Algérie, à ce qu'on nomme aussi langue franque, c'est-à-dire à un jargon mêlé d'italien, d'espagnol et à l'usage des Francs.
Quand on achetait quelque chose dans une boutique, le marchand ne voulait parler ni français ni sabir : Tu sais l'arabe, disait-il, puisque tu es juif , Journ. offic. 25 avril 1875, p. 2982, 1re col.
L'entretien devenait difficile ; mais, voyant que je ne le comprenais pas, il me baragouina dans un français sabir et avec un accent que je renonce à te décrire : Povera eccellenza Barbassou-Pacha !... finito... morto , MARIO UCHARD , Revue des Deux-Mondes, 1er août 1876, p. 516
Sabir est le verbe savoir ; et, comme à beaucoup de questions les Lévantins et Algériens répondaient mi no sabir (je ne sais pas), on en a fait la langue sabir. Le mot sabir, savoir, est déjà dans Molière : Se ti sabir, Ti respondir ; Se non sabir, Tazir, tazir, Bourg. gentilh. IV, 10.