QUINTAL

Prononciation : kin-tal
Nature : s. m.

1Poids de cent livres.
Faut-il que vous trouviez étrange Que les chats-huants d'un pays Où le quintal de fer par un seul rat se mange, Enlèvent un garçon pesant un demi-cent ? , LA FONT. , Fabl. IX, 1 Quintal métrique, poids de cent kilogrammes. Par exagération. Cela pèse un quintal, se dit de quelque chose de très lourd. Charger au quintal, se dit sur la Méditerranée pour signifier ce qu'on entend sur l'Océan par charger à cueillette, c'est-à-dire rassembler des marchandises de différentes mains, pour faire tout d'un coup la charge d'un navire.
2Grosse cruche de grès. Au plur. Des quintaux. XIIIe s.
Elles [les nefs des Chinois] sont moult grans, si que chascune porte bien XI m. à XII m. quintaux pesant , MARC POL , p. 478
XIVe s.
Et comme en divisant la praie [proie, butin de deux villes], il y eust trouvé quarante quintaus tant d'or comme d'argent , BERCHEURE , f° 24, verso.
XVIe s.
De mesme firent ceux de Bourges, qui, aiant conté les enfermez pour n'en sauver aucuns, les mirent à quintaux en les tuant , D'AUB. , Hist. II, 25
Le quintal doit poiser quatre vingt seize livres, et la livre quatorze onces , Coust. génér. t. II, p. 721
Provenç. espagn. et portug. quintal ; ital. quintale ; bas-lat. quintale, quintallus, quintile ; de l'arabe quintâr, poids de cent. 2. QUINTAL (kin-tal), s. m.
Nom, dans la Loire-Inférieure, de petits faisceaux en lesquels on dispose les tiges coupées du sarrasin , les Primes d'honneur, Paris, 1873, p. 128 Au plur. Des quintaux.
C'est un dérivé de quint, cinquième.