QUESTIONNEUR, EUSE

Prononciation : kè-stio-neur, neu-z' ; en vers, de quatre syllabes
Nature : s. m. et f.

Celui, celle qui fait sans cesse des questions.
Vous me direz que je suis un grand questionneur ; mais vous répondrez ce qu'il vous plaira, on ne vous force à rien , VOLT. , Lett. d'Argental, 19 janv. 1771
Au bout de quelques minutes leur attention [des enfants] se lasse ; ils n'écoutent plus ce qu'un obstiné questionneur leur demande, et ne répondent plus qu'au hasard , J. J. ROUSS. , Ém. II
Un sot questionneur, Malgré nous introduit, trouble notre bonheur , DELILLE , Convers. I
Y a-t-il longtemps que vous êtes marié ? avez-vous des enfants ? sont-ils gentils ? - Pierre [à part] : Oh ! quelle questionneuse ! , AL. DUVAL , Menuisier de Livonie, I, 10 Adj.
Le petit Ragot à qui j'avais affaire était aussi questionneur que l'autre , HAMILT. , Gramm. 3
Questionner.