QUATRAIN

Prononciation : ka-trin
Nature : s. m.

1Petite pièce de poésie de quatre vers.
Lisez-moi comme il faut, au lieu de ces sornettes, Les Quatrains de Pibrac et les doctes Tablettes Du conseiller Mathieu , MOL. , Sgan. 1
D'un caustique quatrain barbouiller mon tombeau , CHAUL. , Épître à Lafare.
2Quatre vers faisant partie d'un sonnet, d'une stance, etc.
[Apollon] Voulut [dans le sonnet] qu'en deux quatrains de mesure pareille La rime avec deux sons frappât huit fois l'oreille , BOILEAU , Art p. II
XVIe s.
Tant en quatrins, dixains, rondeaux, ballades , MAROT , II, 223
Quatre. Petite monnaie qui valait à peu près un liard. On écrit aussi et mieux quatrin.
À peine en aurait-on un quatrin à Venise , RÉGNIER , Sat. VI
XVe s.
Faisant sa cavalcade, jettoit, par toutes les rues où il passoit, monnoye, c'est à savoir deniers qu'on appelle quatrins et mailles de Florence , MONSTRELET , t. I, ch. 62
XVIe s.
En vain tendons la main vers le nautonnier sourd.... Nous n'avons un quatrin pour payer le naulage , DU BELLAY , VI, 8, recto.
Ital. quattrino, de quattro quatre. Nom vulgaire de l'espèce de chardonneret qui a quatre plumes de la queue terminées par une marque blanche.