QUALIFICATION

Prononciation : ka-li-fi-ka-sion ; en vers, de six syllabes
Nature : s. f.

1Attribution d'une qualité, d'un titre. Qualification de comte.
Quand on écrit contre un auteur, et qu'on s'irrite contre lui, il faut prouver les qualifications par les choses, et non pas les choses par les qualifications , MONTESQ. , Esp. défense, part. II
L'envie ne saurait se cacher ; elle a des qualifications énormes pour les moindres fautes , VAUVENARGUES , Max. CCLXXXIV
2Dans le langage ecclésiastique, manière d'apprécier les propositions.
Ce qu'on appelle qualification est un terme par où l'on exprime ce qu'il faut croire de chaque proposition censurée ; tel est le terme d'hérétique, d'erroné, de scandaleux ou de téméraire, et ainsi des autres , BOSSUET , Ét. d'orais. X, 1 Qualifications respectives, celles qui se réfèrent respectivement aux textes sans les énoncer.
Les qualifications respectives, inconnues aux premiers siècles, ont été fort usitées dans l'Église, depuis que le concile de Constance en a donné le premier exemple... on ne peut nier que les qualifications précises ne soient plus instructives , BOSSUET , Ét. d'orais. X, 4
Bas-lat. qualificationem, de qualificare, qualifier.