pretendre

Prononciation : pré-tan-dr'
Nature : v. a.

1Réclamer, exiger comme un droit.
Comme le plus vaillant, je prétends la troisième [part] , LA FONT. , Fabl. I, 6
Je proteste de ne rien prétendre à tous vos biens, pourvu que vous me laissiez celui que j'ai , MOL. , l'Av. V, 2
Ils [les maréchaux] prétendent du monseigneur , SÉV. , 2 août 1675
Je n'en prétends pas [de remettre des fermages à des fermiers] un grand mérite, puisque c'est par force , SÉV. , 15 juin 1680
Son frère Florien prétendit l'empire par droit de succession, comme le plus proche héritier , BOSSUET , Hist. I, 10
Ces deux peuples étaient en guerre pour des terres que chacun d'eux prétendait , BOSSUET , ib. III, 6
Je ne prétends de vous ni pitié ni secours , BRIFFAUT , Ninus II, v, 4 Absolument.
En ce cas il verra que je sais comme il faut Punir des insolents qui prétendent trop haut , CORN. , la Suiv. I, 8
Tu prétends un peu trop ; mais, quoi que tu prétendes, Rends-toi digne du moins de ce que tu demandes , CORN. , Cinna, IV, 6
J'ai les cheveux noirs, naturellement frisés, et avec cela assez épais et assez longs, pour pouvoir prétendre en belle tête , LA ROCHEFOUC. , Portr.
2Aspirer à.
Ceux qui ne seront pas satisfaits de ces raisons [sur la divisibilité de l'espace à l'infini].... ne peuvent rien prétendre aux démonstrations géométriques , PASC. , Esprit géom. I Prétendre la main, aspirer à épouser.
Je n'ai point prétendu la main d'un empereur , CORN. , Pulch. I, 5
On dit de même : prétendre une personne.
De tant d'amours il ne m'en est échu pas un, et de tant de belles il n'y en a pas une seule que je prétende , VOIT. , Lett. 86
Ces deux nymphes, Mirtil, à la fois te prétendent , MOL. , Mélic. I, 1
Et la preuve après tout que je vous en demande, C'est de ne plus souffrir qu'Alceste vous prétende , MOL. , Mis. v, 2
Tous les princes à marier la prétendent [la princesse de Bavière] , SÉV. , 267
3Avoir pour objet, en parlant de choses (peu usité en ce sens).
Si de son arrivée [de l'ambassadeur romain] Annibal fut la cause, Lui mort, ce long séjour prétend quelque autre chose , CORN. , Nicom. I, 1
4Soutenir, affirmer.
Valère : Que vient de te donner cette farouche bête ? - Ergaste : Cette lettre, Monsieur, qu'avecque cette boîte On prétend qu'ait reçue Isabelle de vous , MOL. , Éc. des mar. II, 8
Gardez-vous de prétendre Que de tant d'ennemis vous puissiez vous défendre , RAC. , Mithr. v, 5
Je prétens Qu'Aristote n'a point d'autorité céans , RAC. , Plaid. III, 3
Prétendre avec Descartes que les animaux sont de pures machines privées du sentiment dont ils ont les organes, c'est démentir l'expérience et insulter la nature , VOLT. , Louis XIV, Écriv. Pardies.
On prétend que le cardinal de Richelieu lui offrit [à Saumaise] une pension de douze mille francs pour revenir en France, à condition qu'il écrirait à la gloire de ce ministre , VOLT. , Louis XIV, Écriv. Saumaise. En ce sens, il ne prend guère pour complément direct qu'un nom indéterminé. Je prétends ceci.
Ce que je prétends, c'est que.... à d'austères devoirs le rang de femme engage, Et vous n'y montez pas, à ce que je prétends, Pour être libertine et prendre du bon temps , MOL. , Éc. des femm. III, 2
Cependant on dit : prétendre une chose bonne, mauvaise, soutenir qu'elle est bonne, mauvaise.
J'écrivis à l'ami Damilaville que des gens qui revenaient de Barége, prétendaient ces eaux souveraines pour les dérangements que.... , VOLT. , Lett. d'Alembert, 15 oct. 1768
5Prétendre avec le verbe à l'infinitif sans préposition, avoir l'intention de.
Une mouche survient, et des chevaux s'approche, Prétend les animer par son bourdonnement , LA FONT. , Fabl. VII, 9
Le compère aussitôt va remettre en sa place L'argent volé, prétendant bien Tout reprendre à la fois, sans qu'il y manquât rien , LA FONT. , ib. x, 5
Je prétends vous traiter comme mon propre fils , RAC. , Athal. II, 7 Avoir la prétention, se flatter de.
Il est arrivé à peu de personnes de prétendre connaître toutes choses : je vais parler de tout, disait Démocrite , PASC. , Pens. I, 1, édit. HAVET.
Sur quoi d'ailleurs prétendez-vous être mieux traité que moi ? , VOLT. , Babouc.
On a dit : prétendre de.
Après sa mort [de Vaugelas], les cahiers du dictionnaire, avec le reste de ses écrits, furent saisis par ses créanciers, qui prétendaient d'en tirer une somme considérable de quelque imprimeur , PELLISSON , Hist. de l'Acad. III
Ne prétendez pas, mes pères, de faire accroire au monde que.... , PASC. , Prov. X
J'irai à Bourbilly, où je prétends bien de vous voir , SÉV. , 15 juill. 1673
Prétendre que, avec le subjonctif, vouloir, entendre.
Et qu'à moins de cela je ne dois point prétendre Qu'on puisse être content.... , MOL. , Tart. IV, 5
De lui seul il prétend qu'on reçoive la loi , BOILEAU , Sat. X
Demain, sans différer, je prétends que l'aurore Découvre mes vaisseaux déjà loin du Bosphore , RAC. , Mithr. III, 1
Comme elles étaient publiques [les caresses que Mme de Cleveland faisait au duc de Montmouth], elle prétendait qu'elles dussent être sans conséquence , HAMILT. , Gramm. X
Il [Malebranche] prétend que les anges aient été les causes occasionnelles des oeuvres surprenantes de Dieu dans l'Ancien Testament , FONTEN. , Doutes sur les causes occas. Oeuv. t. IX, p. 8, dans POUGENS.
Chaque parti prétend que son voeu soit suivi , LEMIERRE , Barnevelt, I, 5
On met aussi quelquefois le conditionnel après prétendre à l'imparfait, et le futur après le présent.
Traître, tu prétendais qu'en un lâche silence Phèdre ensevelirait ta brutale insolence , RAC. , Phèd. IV, 2
S'il [le sultan] ose quelque jour me demander ma tête, Je ne m'explique point, Osmin, mais je prétends Que du moins il faudra la demander longtemps , RAC. , Baj. I, 1
6V. n. Aspirer à.
Il ne prétend à vous qu'en tout bien et en tout honneur , MOL. , Scap. III, 1
Il ne faut point que je prétende à vivre agréablement sans vous , SÉV. , 11 sept. 1675 (l'éd. de 1735 a : prétende de vivre)
Interdire à mes vers, dont peut-être il fait cas, L'entrée aux pensions où je ne prétends pas , BOILEAU , Sat. IX
On ne fut point sévère pour la Fontaine, parce qu'il semblait ne prétendre à rien ; moins il exigeait, plus on lui accordait ; on lui passait ses mauvaises fables en faveur des excellentes , VOLT. , Mél. litt. Lett. de la Visclède.
Il joint à l'amabilité à laquelle nos Français prétendent à tort ou à droit, une maturité de raison à laquelle malheureusement ils ne prétendent pas , D'ALEMB. , Lett. au roi de Pr. 15 sept. 1775
Cette révolution [française] qui, malgré la vieillesse du genre humain, prétendait à recommencer l'histoire du monde , STAËL , Corinne, XII, 1
PRÉTENDRE LA PREMIÈRE PLACE, PRÉTENDRE à LA PREMIÈRE PLACE. Prétendre la première place, l'exiger comme un droit, comme quelque chose qui nous appartient. Prétendre à la première place, y aspirer, travailler à l'obtenir. XVe s.
Le roi la pretendoit sienne [la ville] , COMM. , V, 11
XVIe s.
Les matieres ici traictées ne sont tant folastres comme le tiltre au dessus pretendoyt , RAB. , Garg. I, Prol.
On conçoit meilleure esperance de la fin où l'on pretend, quand on void que les principes sont bons , LANOUE , 399
La ville qu'il pretendoit d'assieger , LANOUE , 632
Ils pretendent tirer ce fruict de leur desseing.... , MONT. , I, 283
Nul esprit genereux ne s'arreste de soy ; il pretend tousjours, et va oultre ses forces , MONT. , IV, 236
Ilz s'en retournerent tout court à grande diligence, ayans failly à prendre ce qu'ilz pretendoient, et à garder ce qu'ilz tenoient , AMYOT , Timol. 27
Il aspiroit et pretendoit à ne sçay quelle seigneurie et principaulté , AMYOT , Timol. et P. Aem. comp. 2
Lat. praetendere, de prae, avant, et tendere, tendre.