POURPRE

Prononciation : pour-pr'
Nature : s. f.

1Matière colorante d'un rouge foncé et éclatant fournie autrefois par un mollusque gastéropode, le murex brandaris, et remplacée aujourd'hui par la cochenille.
Les étoffes teintes en pourpre faisaient une des parties les plus considérables du commerce ancien, surtout de celui de Tyr, dont l'industrie et l'extrême habileté avaient porté cette précieuse teinture au plus haut degré de perfection où elle pût être conduite , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. x, p. 547, dans POUGENS
La teinture en pourpre, qui n'a point été, comme on le croit, absolument perdue, ou du moins qui a été retrouvée il y a environ cinquante ans par la Société Royale de l'Angleterre , ROLLIN , ib. t. x. p. 553
On y trouva [à Babylone] cinq mille quintaux de pourpre d'Hermione, qui était la plus précieuse, qu'on y avait amassés pendant l'espace de 190 ans, et qui conservait encore toute sa fleur et tout son lustre , ROLLIN , ib. t. VI, p. 370
La pourpre illustre davantage cette belle contrée [la Syrie] ; celle de Tyr a été la première du monde ; elle était vendue à Rome, dans le VIIe siècle, mille deniers au moins la livre , PASTORET , Instit. Mém. inscr. et belles-lett. t. V, p. 128
2Par extension, couleur rouge.
Ses joues animées de la plus belle pourpre mêlée au blanc de lait le plus pur , VOLT. , Zadig, 13
Les fruits du figuier des Açores paraissaient d'une pourpre éclatante sur les rameaux ombragés , CHATEAUBR. , Génie, I, V, 8
3Étoffe teinte en pourpre, en usage chez les anciens.
Ce n'est qu'or et que pourpre dans votre armée , VAUGEL. , Q. C. III, 2
On y voit de tous côtés le fin lin d'Égypte, et la pourpre tyrienne deux fois teinte d'un éclat merveilleux , FÉN. , Tél. III
Une grande voile de pourpre flottait dans l'air au-dessus du char , FÉN. , ib. IV
4Dignité des consuls à Rome et autres magistrats souverains.
Mais il peut faire aussi des consuls à son choix De qui la pourpre esclave agira sous ses lois , CORN. , Sertor. IV, 3
5Fig. Dignité souveraine.
Respectez, leur disait-il [aux princes], votre pourpre, respectez votre puissance qui vient de Dieu, et ne l'employez que pour le bien , BOSSUET , Marie-Thér.
Vous croyez donc que les déplaisirs et les plus mortelles douleurs ne se cachent pas sous la pourpre ? , BOSSUET , ib.
L'armée força Théodose III à prendre la pourpre , BOSSUET , Hist. I, 11
Esther, disais-je, Esther dans la pourpre est assise ; La moitié de la terre à son sceptre est soumise , RAC. , Esth. I, 1
Qui naquit dans la pourpre en est rarement digne , VOLT. , Brutus, II, 4
6Fig. Dignité des cardinaux.
Il [le cardinal de Retz] garde son équipage en faveur de sa pourpre ; je suis persuadée avec joie que sa vie n'est point finie , SÉV. , 197
Il [Mazarin] avait fait prendre un cours si heureux aux conseils du cardinal de Richelieu, que ce ministre se crut obligé de l'élever à la pourpre , BOSSUET , le Tellier.
Il [Albéroni] fut prêt d'être dégradé, et ne l'évita que par l'intérêt qu'ont tous les cardinaux de rendre la pourpre invulnérable dans ceux mêmes qui la déshonorent , DUCLOS , Oeuv. t. V, p. 313 Les pourpres, les cardinaux eux-mêmes.
Il a sa place dans l'oeuvre [à l'église] après les pourpres et les fourrures , LA BRUY. , XIV
7S. m. Couleur d'un beau rouge foncé qui tire sur le violet.
Il couvrit l'horizon d'un or brillant et pur, Pour y répandre ensuite et le pourpre et l'azur , PERRAULT , Poésies, dans RICHELET
C'était d'un coquillage marin du genre des buccins ou trompettes que les anciens tiraient leur beau pourpre ; et c'est encore d'un coquillage du même genre, qu'on trouva sur les côtes du Poitou, que l'illustre Réaumur avait tiré le pourpre dont je parle ici , BONNET , Contempl. nat. V, 11
Le pourpre éblouissant, le tendre azur des cieux, Le blanc pur et le vert, sont le charme des yeux , DELILLE. , Imag. III
8Quelques-uns admettent le pourpre dans le blason pour cinquième couleur, quoiqu'il ne soit proprement qu'un mélange des quatre couleurs reçues ; ils s'en servent pour les raisins, les mûres, etc. et le représentent par des lignes diagonales de gauche à droite. 9Terme de chimie. Le pourpre de Cassius, considéré par quelques chimistes comme un deutostannate d'or, obtenu en précipitant le chlorure d'or par le protochlorhydrate d'étain, et par d'autres chimistes comme de l'or métallique, qui ne devrait qu'à sa grande division la couleur pourpre qu'il présente ; il s'emploie dans la peinture sur porcelaine. Pourpre d'indigo, nom donné à l'acide sulfo-purpurique, qui est un dérivé de l'indigo. 10Adjectivement. Qui est de la couleur de la pourpre. La couleur pourpre. Un manteau pourpre. Il devint pourpre de colère.
Denys le tyran voulut que chacun s'habillât d'une longue robe pourpre , FÉN. , Aristippe. Vaugelas, Chapelain, Ménage, Th. Corneille ne voulaient pas que pourpre fût pris adjectivement ; l'usage a décidé contre eux ; pourpre est adjectif dès le XIIIe siècle.
XIIIe s.
Et vingt pailes [manteaux] et vingt samis, Cent porpres et cent osterins , Fl. et Bl. 3260
Richece ot une porpre robe , la Rose, 1059
[Le riche] Qui vestoit la porpre nobile, Ainsi com nous dist l'Evangile, Au ladre ne vout [voulut] faire bien , Mahomet, v. 306
XVe s.
De toutes ces six choses et couleurs [or, argent, gueulles, azur, sable, sinople], on en faict une quant on les mesle ensemble autant de l'ung comme de l'autre, et c'est la septieme qui, en armoirie, de son propre nom se dit pourpre , SECILLE , le Blason des couleurs, édit. COCHERIS, p. 47
Bourg. porpre ; provenç. porpra, polpra ; espagn. purpura ; ital. porpora ; du lat. purpura . 1. POURPRE. Ajoutez : Pourpre romaine, sorte de couleur rouge employée en teinture.
La couleur connue sous le nom de pourpre romaine s'extrait du guano , Rev. Britann. avril 1874, p. 338
Terme de médecine. Exanthème caractérisé par de petites taches pourprées, nettement circonscrites, et produites par une hémorrhagie cutanée sous-épidermique. Anciennement, nom d'une maladie fébrile avec taches de ce genre, dont le caractère n'est pas bien déterminé, et qui a dû être confondu avec des rougeoles et des scarlatines malignes.
Mme de Durfort se meurt d'un hoquet de fièvre maligne ; Mme de la Vieuville aussi, du pourpre de la petite vérole , SÉV. , 521
La connaissance revint [au maréchal de Lorge], et peu à peu le pourpre parut partout , SAINT-SIMON , 29, 79
Seignelay mourut fort brusquement d'une manière de pourpre , SAINT-SIMON , 328, 34
XVIe s.
Des eruptions et pustules appellées pourpre : les vulgaires les appellent le tac, les autres le pourpre, pource qu'elles sont souventesfois trouvées à la similitude de graine de pourpre ; autres les appellent lenticules, parce qu'elles sont venues quelquesfois comme petites lentilles ; aussi aucuns les nomment papillots, à cause qu'elles se manifestent tantost au visage, tantost aux bras et jambes, voltigeant de place en place comme petits papillots volans , PARÉ , XXIV, 31
Pourpre 1.