POSTE

Prononciation : po-st'
Nature : s. f.

1Établissement de chevaux, placé de distance en distance pour le service des voyageurs. Chevaux de poste. Chaise de poste.
Afin que les ordres du prince pussent être portés avec plus de diligence, Cyrus établit d'espace en espace des postes où des courriers qui marchaient jour et nuit trouvaient des chevaux tout prêts et, par ce moyen, faisaient une diligence incroyable , ROLLIN , Hist. anc. Oeuv. t. III, p. 274, dans POUGENS
L'établissement des postes en France date du mois de juin 1474, sous le règne de Louis XI ; le gouvernement profita des relais et messagers qu'avait établis l'université de Paris dans toutes les provinces du royaume, au moyen desquels elle entretenait des correspondances avec les familles qui y envoyaient leurs enfants , GOUIN , Ess. hist. sur les postes, p. 1, 1823 Maître de poste, celui qui, moyennant certains avantages, fournit des relais aux voitures de l'administration des postes.
Jusqu'au moment de la Révolution, les maîtres de poste ont joui des priviléges qui leur avaient été accordés par nos rois ; ils consistaient dans l'exemption de la taille sur cent arpents de terre qu'ils faisaient valoir comme propriétaires ou comme locataires ; exemption de logements de guerre, de milice pour l'aîné de leurs enfants et le premier de leurs postillons , GOUIN , ib. p. 6
2La manière de voyager avec des chevaux de poste. La poste fatigue beaucoup.
Il est venu de son armée en poste répondre lui-même , SÉV. , 134
M. de la Feuillade a pris la poste, et s'en est venu droit à Versailles , SÉV. , 206 Fig. En poste, avec une extrême rapidité.
Ils vont bizarrement en poste à l'hôpital , RÉGNIER , Sat. IV
On dit dans le même sens : prendre la poste.
Voilà donc le bon homme enfin à sa seconde [femme], C'est-à-dire qu'il prend la poste à l'autre monde ; Un peu moins de deux mois le met dans le cercueil , CORN. , Suite du Ment. I, 1
Courir la poste, courir sur des chevaux de poste, ou en chaise avec des chevaux de poste.
Laquelle est de toutes ces choses qui se pourra faire en courant la poste , MALH. , Sénèque, X
Fig. Courir la poste, aller un train de poste, marcher précipitamment, et, en général, faire trop vite.
L'un va en tortue et l'autre court la poste , MOL. , l'Am méd. II, 5
On dit aussi : faire tout en courant la poste, faire tout à la hâte. Ce n'est pas une chose qui se fasse en courant la poste, c'est une chose qui demande du temps et du soin.
3La maison où sont les chevaux de poste. Il n'a pu se procurer des chevaux à la poste. 4Mesure de chemin ordinairement de deux lieues. Il y a six postes de telle ville à telle autre.
Ne me retarde point de grâce ; Je dois faire aujourd'hui vingt postes sans manquer , LA FONT. , Fabl. II, 15
Vous venez de courir quarante postes sans vous arrêter , CAMPISTRON , l'Amante amant.
Poste trois quarts, huit francs soixante-quinze centimes ; tiens, voilà dix francs , SCRIBE , le Tête à tête ou Trente lieues en poste, dans les Historiettes et proverbes Fig. et dans le langage libre de la Fontaine. Plaisirs amoureux.
Gaillardement six postes se sont faites , LA FONT. , Berc.
Poste royale, poste qui se payait double à l'entrée et à la sortie de certaines villes et des lieux où est la cour.
5Administration publique pour le transport des lettres.
Vous jugez bien que je ne suis point en colère contre la poste , SÉV. , 104
Votre lettre est venue par la poste , BOSSUET , Lett. abb. 50
Les conspirations dans l'État sont devenues difficiles, parce que, depuis l'invention des postes, tous les secrets des particuliers sont dans le pouvoir du public , MONTESQ. , Rom. 21
La poste est le lien de toutes les affaires, de toutes les négociations ; les absents deviennent par elle présents ; elle est la consolation de la vie , VOLT. , Dict. phil. Poste.
Jamais le ministère qui a eu le département des postes n'a ouvert les lettres d'aucun particulier, excepté quand il a eu besoin de savoir ce qu'elles contenaient , VOLT. , ib.
Je suis sûr que, si j'étais plus jeune, je verrais le temps où l'on pourrait écrire de Paris à Pékin par la poste, et recevoir réponse au bout de sept ou huit mois , VOLT. , Lett. Richelieu, 16 déc. 1771
Voyons un peu sui le livre de poste où nous pourrons nous arrêter pour déjeuner , SCRIBE , le Tête à tête ou Trente lieues en poste Malle-poste, voy. MALLE. Grande poste, celle qui porte les lettres dans les provinces et dans les pays étrangers. Petite poste, poste pour la distribution des lettres dans la ville et la banlieue ; elle fut établie en 1759, sous le ministère de M. de Silhouette.
On paye au bureau de la petite poste pour faire faire des visites de bonne année, à deux sous la pièce ; le député est habillé de noir, l'épée au côté , LEMIERRE , Fastes (XVIIIe siècle, cela ne se fait plus).
Poste restante, suscription qui indique qu'une lettre doit rester au bureau jusqu'à ce qu'on la réclame.
6Le courrier qui porte les lettres. La poste vient d'arriver.
Je ne comprends rien aux postes, elles sont déréglées, et ces gens si obligeants qui partent à minuit pour porter mes lettres, n'ont point assez de soin de me rapporter vos réponses , SÉV. , 28
Je n'ai point de nouvelles de la Russie, vous pensez bien, Monseigneur, qu'on ne m'écrit pas toutes les postes , VOLT. , Lett. Richelieu, 8 juin 1772
7La maison, le bureau où l'on porte les lettres. Porter une lettre à la poste.
Vendredi j'arrive à Laval, j'arrête à la poste ; je vois arriver justement cet honnête homme, cet homme si obligeant [l'employé].... qui m'apportait votre lettre , SÉV. , 104
8Train-poste, voy. TRAIN. Le bâtiment-poste, bâtiment destiné à faire le service de la correspondance et du transport des voyageurs entre deux ou plusieurs ports de mer. La poste aux choux, se dit, par plaisanterie, du petit canot qui va chercher les provisions, pendant le séjour en rade. 9À sa poste, à sa disposition, à sa convenance (locution vieillie).
J'avais songé en moi-même que ç'aurait été une bonne affaire de pouvoir introduire ici un médecin à notre poste, pour le dégoûter de son monsieur Purgon , MOL. , Mal. imag. III, 2
Dieu fasse paix au gentil Arioste, Et daigne aussi mettre en lieu de repos Jean la Fontaine auteur fait à la poste Du Ferrarois, adoptant ses bons mots , SENECÉ , Camille. À poste, c'est-à-dire à certains termes différents dont on est convenu (locution vieillie). Payer à poste. Acheter à poste.
XIIIe s.
Et quant l'en se part de Cambalue, par laquele voie que l'en veult, et l'en a alé XXV milles, si treuvent les messages du seigneur une poeste [var. poste] que il appellent iamb, et que nous disons poeste de chevaux , MARC POL , p. 335
Et à chascune journée a une poste là ou les mesajes qe vont por la contrée herbergient , MARC POL , p. 751
XIVe s.
Nous avons ordené et ordenons que nul ne fasse fausse poste [passe-volant, soldat qui n'existe pas], sur peine de perdre chevaux et hernois , DU CANGE , posta.
XVe s.
Item, tout ce temps durant, y avoit au royaume de France doubles officiers ; car chacune partie contendoit de les faire à sa poste , FENIN , 1414
Le roy, estant à Ansenis, sceut incontinent par le moyen des postes les nouvelles de cette prise , JALIGNY , Hist. de Ch. VIII, p. 30, dans LACURNE
Là un courier envoyé exprès et venu en poste lui apporta les bonnes et agreables nouvelles de la reduction de plusieurs places à son obeissance , ANDRÉ DE LA VIGNE , Voy. de Naples de Ch. VIII, p. 128, dans LACURNE
XVIe s.
La derniere poste par moi expediée , Lett. de Louis XII, t. II, p. 168, dans LACURNE
Il [l'empereur, en 1510] dit qu'il n'a oncques accoutumé de tenir postes, mais qu'il depeche tousjours ces couriers qui font autant de diligence comme les postes , ANDRÉ DE LA VIGNE , ib. t. I, p. 277
Ung jour après nous arriva un poste [courrier], Très bien parlant, et devisant à poste.... , J. MAROT , v, 212
J'escris tousjours en poste [à la hâte] , MONT. , I, 293
Qu'il [Dieu] chevauche sur les ailes des vens, que tant les vens que les esclairs sont ses postes , CALV. , Inst. 13
Il n'y a que vingt et quatre postes de Paris à Metz , CARL. , v, 31
Il attiltra un certain orateur faict à sa poste nommé Hippon, qui.... , AMYOT , Dion, 48
La petite verolle et rougeolle sont comme les postes, herauts et messagers de la peste , PARÉ , XXII, 1
Une poste volante [courrier dépêché en toute diligence] , VILLEROY , Mém. t. VII, p. 349, dans LACURNE
À chaque bout de champ les uns et les autres faisoient des chevaliers à leur poste [à leur gré] , PASQUIER , Recherches, II, 17
Wall. posse ; bas-lat. posta, station ; ital. posta ; du participe latin positus, placé, de ponere, placer (voy. PONDRE). Petite balle de plomb, dont on emploie plusieurs à la fois pour charger un fusil, un pistolet. Ainsi dites peut-être parce qu'elles vont comme la poste Terme d'architecture. Voy. POSTES. 1Lieu assigné à quelqu'un pour un office quelconque. Aller à son poste. Mourir à son poste.
Je défendais mon poste, il l'a soudain forcé , CORN. , Sertor. V, 5
Et que chacun enfin, d'un même esprit poussé, Garde en mourant le poste où je l'aurai placé , RAC. , Athal. IV, 5
Le maréchal, repoussé [par l'empereur qui refusa son plan], se tut ; puis il retourna à son poste, en murmurant contre une prudence intempestive, à laquelle il n'était pas accoutumé, et qu'il ne savait à quoi attribuer , SÉGUR , Hist. de Nap. VII, 7 Poste d'honneur, celui qui est regardé comme le plus périlleux.
La place où je t'envoie est ton poste d'honneur , VOLT. , Brutus, IV, 6
Être à poste fixe dans un lieu, y être à demeure, y être sédentaire. Être à son poste, être où le devoir exige qu'on soit.
Tout est si brouillé du côté de l'Angleterre, que chacun demeure à son poste , SÉV. , 497
Fig.
Demeurons dans le poste où le ciel nous a mis , L. RAC. , Relig. ch. VI
2Terme de guerre. Tout lieu, fortifié ou non, où un corps de troupes peut tenir et être logé.
Je me souviens qu'il nous ravissait, en nous racontant comme en Catalogne, dans les lieux où ce fameux capitaine [César], par l'avantage des postes, contraignit cinq légions romaines et deux chefs expérimentés à poser les armes sans combat.... , BOSSUET , Louis de Bourbon.
Tous les postes, vers Marchiennes, le long de la Scarpe, sont emportés l'un après l'autre avec rapidité [dans la bataille de Denain] , VOLT. , Louis XIV, 23
Les Hollandais enlevèrent aux Portugais les meilleurs postes qu'ils avaient dans le continent, et les chassèrent de toutes les îles où croissent les épiceries , RAYNAL , Hist. phil. V, 34 Guerre, affaire de postes, guerre, affaire où l'on se dispute des postes. C'est pour avoir lu les détails des batailles de Crécy, de Poitiers, d'Azincourt, de Saint-Quentin, de Gravelines, etc.
que le célèbre maréchal de Saxe se déterminait à chercher, autant qu'il pouvait, ce qu'il appelait des affaires de postes , VOLT. , Fragm. sur l'hist. art. XI
Fig.
Je ne savais pas qu'une première représentation fût un jour de bataille, ni qu'il fallût prendre ses postes et avoir un mot de ralliement , VOLT. , Lett. Richelieu, 30 janv. 1774
Poste avancé, se dit des postes placés le plus près de l'ennemi.
3Un corps de garde. Visiter les postes. La garde sortit du poste. Il faisait du tapage, on le mit au poste. Poste d'honneur, celui qui est établi pour garder un personnage éminent, un corps constitué, et lui rendre des honneurs. Poste de pompiers, de sergents de ville, etc. lieu où se tiennent des pompiers, des sergents de ville, en cas de besoin. 4Les soldats placés dans un poste. Relever un poste. Doubler les postes.
Nos sentinelles sont renversées sur leurs postes, les postes sur leurs bataillons, les bataillons sur la division ; et ce n'était point un coup de main, car les Russes avaient montré du canon , SÉGUR , Hist. de Nap. IX, 2
5Il se dit de toutes sortes d'emplois et de fonctions.
Voyez d'ailleurs Galba, quel pouvoir il nous laisse, En quel poste sous lui nous a mis sa faiblesse , CORN. , Othon, II, 4
Le marquis d'Uxelles tient un grand poste à Mayence , SÉV. , 576
Il y a même des stupides, et j'ose dire des imbéciles, qui se placent en de beaux postes , LA BRUY. , VI
Les postes éminents rendent les grands hommes encore plus grands, et les petits beaucoup plus petits , LA BRUY. , XI
Je crois pouvoir dire d'un poste éminent et délicat, qu'on y monte plus aisément qu'on ne s'y conserve , LA BRUY. , VIII
6Terme de marine. Emplacement destiné à être occupé par un bâtiment dans un port. Place assignée à un bâtiment, dans une armée navale. Poste des aspirants, des chirurgiens, des maîtres, des malades, des blessés, emplacement destiné aux repas, réunions, couchage, pansements. Ancre de poste, ancre de bossoir. Un objet est dit être à son poste quand il est à sa place. Mettre une ancre à poste, la saisir fortement le long du bord en arrière des bossoirs ou ailleurs s'il y a lieu. 7Nombre d'heures pendant lequel le même mineur reste au travail sans être relevé. XVIe s.
Messire de Grimaulx, voyant que l'assault estoit prest à donner, ordonna pour la defense de la breche, sept postes, chascune de trentehommes , J. D'AUTON , Ann. de Louis XII, p. 76, dans LACURNE
Le poste ne diffère de la poste que par le genre. On trouve dans les anciens textes poste, qu'il faut écrire et prononcer posté, venant du latin potestatem, et que, par conséquent, il ne faut pas confondre avec poste. 4. POSTE. 2Ajoutez : En termes de fortification, on donne particulièrement le nom de poste militaire à un lieu fortifié d'une manière permanente, mais, en général, mal flanqué et n'ayant qu'un médiocre profil. Nom, en Provence, d'une espèce de filet.
Il [un squale] dévorait les thons pris aux filets dits postes, que tendent les pêcheurs le long de nos côtes , Extr. du Sémaphore, dans Journ. offic. 2 oct. 1876, p. 7280, 2e col.