PONT

Prononciation : pon ; le t ne se lie guère dans la conversation ; cependant il se lie quand l'expression est unie et
Nature : s. m.

1Construction de pierre, de fer ou de charpente, élevée d'un bord à l'autre d'une rivière pour la traverser.
Il [Horatius Coclès] remplit tout le pont de sa seule personne , DU RYER , Scévole, I, 3
Ce Romain [César] dont l'insolent passage Sur un pont en deux jours trompa tous tes efforts , BOILEAU , Pass. du Rhin.
On voyait avec indignation [à Paris] de très vilaines maisons sur de très beaux ponts , VOLT. , Dial. 1er.
Il [Henri IV] fait construire ce beau pont où les peuples regardent aujourd'hui sa statue avec tendresse , VOLT. , Moeurs, 174
Horatius Coclès fit couper derrière lui le pont qui conduisait à Rome ; les fondements de ce pont subsistent encore , STAËL , Corinne, IV, 5
Les ponts de Saint Esprit et d'Avignon sur le Rhône furent bâtis avec le produit des indulgences par les frères du pont, association pieuse, mais laborieuse, d'architectes et de maçons , MONGEZ , Instit. Mém. litt. et beaux-arts, t. I, p. 516
Ce fut surtout quand la garde, sur laquelle ils [les traînards] se réglaient, s'ébranla.... on vit en un instant une masse profonde, large et confuse d'hommes, de chevaux et de chariots assiéger l'étroite entrée des ponts [sur la Bérezina], qu'elle débordait , SÉGUR , Hist. de Nap. XI, 8 Fig. Laisser passer l'eau sous les ponts, ne pas se mettre en peine de ce qui ne nous regarde pas. Il passera bien de l'eau sous le pont entre ci et là, ou d'ici à ce temps-là, se dit d'une chose qui n'arrivera pas de sitôt. Fig. Faire le pont à quelqu'un, favoriser son succès.
Tessé avait senti l'injure d'être obligé de s'anéantir et de se faire lui-même le pont de la Feuillade , SAINT-SIMON , 234, 125
Fig. Servir de pont, se dit de ce qui sert de transition, de facilité, de précédent pour quelque chose.
2Pont de bateaux, pont fait de bateaux attachés ensemble. 3Pont volant, sorte de pont, composé de deux petits ponts placés l'un sur l'autre, et tellement disposés que celui de dessus s'avance par des cordages et des poulies attachées à celui de dessous.
Un pont volant pour passer les troupes, composé de deux grands bateaux , PELLISSON , Lett. hist. t. I, p. 91, dans POUGENS Pont volant est aussi synonyme de traille (voy. ce mot).
4Pont tournant, pont construit de manière qu'on peut le retirer à l'un des bords, en le faisant tourner sur un pivot.
La hauteur, au-dessus du niveau de l'eau, du seul pont fixe qui existe sur la Lawe est de 3m, 70 ; les autres sont des ponts tournants ou des ponts-levis , E. GRANGEZ , Voies navigables de France, p. 293
5Pont suspendu, pont qui, ne reposant pas sur des piles, a son tablier suspendu et soutenu par des chaînes ou des fils de fer. 6Pont dormant, pont qu'on ne peut faire mouvoir. 7Ponts construits par une armée pour effectuer un passage de rivière : ponts de bateaux, ponts de chevalets, ponts de radeaux, ponts volants, ponts de pilotis. Équipage de pont, l'ensemble de toutes les choses nécessaires pour établir des ponts sur les rivières que l'armée peut avoir à traverser. 8Pont à coulisse, petit pont qui se glisse dans oeuvre pour traverser le fossé d'un château. Pont à flèche, petit pont-levis devant un guichet. 9Pont à bascule, pont de charpente qui, étant porté par le milieu sur un essieu, se lève d'un côté et se baisse de l'autre. Pont à bascule, se dit aussi d'un tablier posé sur des ressorts contenus dans un caveau et auxquels correspond un index qui précise la force de la pression exercée sur le tablier. 10Ponts tubes, ou ponts tubulaires, sortes de tubes en fer à travers lesquels passent, sur les rivières et les bras de mer, les trains des chemins de fer. 11Pont de cordes, tissus de cordes entrelacées dont on se sert quelquefois dans les armées pour traverser des ravines profondes. Pont de jonc, pont fait avec de grosses bottes de jonc couvertes de planches, et dont on se sert pour traverser les marécages. 12Terme d'antiquité romaine. Pont aux suffrages, se disait de passages de planches que l'on construisait à l'époque des comices et sur lesquels les citoyens passaient pour aller voter. 13Fig. Il faut faire un pont d'or à ses ennemis, c'est-à-dire il faut, quand ils s'enfuient, leur donner la facilité de se sauver et ne pas les réduire au désespoir. Pont d'or, grand avantage qu'on fait à quelqu'un, grand dédommagement qu'on lui accorde, pour obtenir quelque chose de lui, pour le faire céder sur quelque chose.
M. de Bouillon leur fit un pont d'or [aux envoyés d'Espagne] pour retirer leurs troupes avec bienséance , RETZ , II, 369
Le cardinal de Retz, après tout ce qu'il avait commis, força enfin à lui faire un pont d'or , SAINT-SIMON , 79, 22
Guerre au brave ; un pont d'or à qui voudra se vendre , C. DELAV. , Louis XI, III, 13
14Le pont aux ânes, le pont où passent les ânes et qu'on les décide à passer à coups de bâton ; dans une vieille farce, on conseille à un mari de prendre exemple sur ce procédé pour morigéner sa femme ; le remède était facile et à la portée de tout le monde ; de là le pont aux ânes. Fig. et familièrement. Le pont aux ânes, une chose facile, ce que tout le monde sait, banalité.
Ce n'est guère qu'au cinquième acte que ces sentiments se déploient sur le pont aux ânes des imprécations, pont aux ânes que l'on passe toujours avec succès , VOLT. , Lett. à le Kain, 2 mars 1767
Pourquoi un bûcher [dans une tragédie] ne vaudrait-il pas le pont aux ânes du coup de poignard ? , VOLT. , Lett. d'Argental, 8 mars 1762
Faire sa fortune avec du travail, de l'ordre et de l'économie, c'est le pont aux ânes , THÉOD. , LECLERCQ, Prov. t. IV, p. 260, dans POUGENS
15Ponts et chaussées, école des ponts et chaussées, voy. CHAUSSÉE 1. 16Aux jeux de cartes, faire un pont, faire le pont, courber quelques-unes des cartes et les arranger de telle sorte que celui contre qui on joue ne pourra guère couper qu'à l'endroit qu'on veut. Cet escroc le gagna en faisant le pont. Fig. Couper dans le pont, se prendre à un piége, croire à une bourde. 17Terme de marine. Plancher établi dans la longueur du navire, à une certaine hauteur, soit seulement pour couvrir la cale et préserver les marchandises, soit pour former un étage et partager le vaisseau comme on partage une maison d'habitation. Quand on dit absolument le pont, cela s'entend du tillac, du pont supérieur. Ils étaient réunis sur le pont. Vaisseau à deux ponts, à trois ponts, celui qui a deux, trois batteries couvertes, c'est-à-dire entre deux tillacs. On dit aussi elliptiquement : un deux-ponts, un trois-ponts. Pont entier ou continu, pont qui s'étend sans interruption ou sans coupure d'une extrémité à l'autre du navire. Pont coupé, ou pont sur gueule, pont qui n'est pas entier dans son étendue, soit qu'on le coupe au milieu pour faire un logement aux embarcations du navire, soit qu'au-dessus de la partie coupée on élève une construction pour faire, comme dans les vaisseaux écoles, une salle d'armes, une salle d'étude ; soit enfin qu'on établisse sur l'ouverture du pont un réceptacle de marchandises, ainsi que cela se pratique à bord de certains grands bateaux du Danube, JAL. Demi-pont, pont qui n'est pas établi dans toute la longueur du navire ; pont construit à l'avant ou à l'arrière d'une barque. Premier pont, pont établi immédiatement au-dessus de la cale dans les bâtiments qui n'avaient pas de faux ponts, comme étaient la plupart des vaisseaux du XVIIe siècle, JAL. Pont à caillebotis, pont coupé par de larges ouvertures qu'on ferme avec des panneaux à caillebotis. Faux pont, plancher en partie volant, non calfaté, sur lequel on établit les cadres des malades et des blessés, entre les deux grandes écoutilles.
Le vaisseau l'Adroit ayant besoin d'un faux pont, il est nécessaire que vous lui en fassiez faire un semblable à celui du Palmier , SEIGNELAY , à Desclouzeaux, 12 fév. 1678, dans JAL
Anciennement, pont se disait d'un plancher ou assemblage de planches qu'on jetait du navire à terre ou d'un navire à un autre, pour faciliter le débarquement, l'embarquement ou le combat à l'abordage. Pont volant, pont d'un petit bâtiment marchand qu'on enlève par panneaux pour découvrir la cale au besoin. Anciennement, pont volant, pont fait de planches légères et amovibles qu'on établissait sur une partie du navire pour mettre l'équipage à l'abri des injures du temps. Pont volant, petit plancher ou échafaud que suspendent avec des cordes, au dehors du navire, les charpentiers ou les calfats, lorsqu'ils veulent travailler à l'extérieur de la muraille. Pont de cordier, marchepied placé dans les corderies, devant la roue des fileurs. Anciennement. Pont de cordes, entrelacement de cordages qu'on étendait d'un bord à l'autre, et qui servait dans un abordage à couvrir les hommes du bâtiment attaqué, parce que de dessous ce pont ils frappaient à coups d'épée et d'esponton ceux qui avaient sauté dessus.
18Une des anses d'une cloche, celle à laquelle les autres vont se joindre par le haut. 19Sorte de potence qui sert à porter les roues d'une montre, d'une pendule. 20Base des tuyaux d'orgue. 21Terme d'anatomie. Pont de Varole, voy. VAROLE. Pont de Tarin, couche de substance grise en connexion des deux côtés avec les cuisses du cerveau, et formant le lieu perforé du plancher du troisième ventricule. 22Terme de chirurgie. Portion de peau ou de chairs saines qui subsiste entre des ulcérations, des ouvertures. 23Terme de théâtre. Voy. GRIL, n° 5. La foire n'est pas sur le pont, rien ne presse. XIe s.
[Ils] Passent dix portes, traversent quatre punz , Ch. de Rol. CXC
XIIIe s.
Adonc commencierent li marinier à ovrir les portes des huissiers [navires], et à giter les pons hors, et commencierent à monter es chevaus , VILLEH. , LXXI
Et l'en n'i pot passer se par un pont de pierre non , VILLEH. , LXXIV
Car fame doit estre li pons De toute la joie du monde, Car toz li biens nous en abonde , Lai du conseil
Es vos Grinbert en la ferté [forteresse] Au pont tornëis avaler.... , Ren. 10684
Demande, ou je te batrai tant Que mielz [mieux] ne fu asnes à pont , Fabliaux mss. p. 157, dans LACURNE
XVe s.
Et les approuches faites, les vaillans hommes d'armes qui en leur vertu se fient, jointes les nefs ensemble, avallent les pontz et passent es nefz adversaires, et là, à bonnes espées, haches et dagues, se combattent main à main, le Jouvencel, dans JAL. Et les Flamands avoient fait ponts de nefs.... sur l'Escaut où ils alloient de l'un à l'autre , FROISS. , II, II, 58
Dea, j'ay esté au pont aus asnes, Je sçay comme il les faut conduire, Farce du pont aux asnes , GÉNIN , Récréat. t. II, p. 57
XVIe s.
[Comme dit le proverbe] Quand le pont est passé, on se mocque du saint , LANOUE , 707
Ayder à refaire les pontz de corde de la dite galleace , Ms. de 1541, dans JAL
Leur enjoignant la manoeuvre et la garde d'un pont de cordes , D'AUB. , Hist. I, 298
Le prince de Condé retourna sur ses pas, pour faire à ses ennemis, comme il disoit, pont d'or et esplanade d'argent , D'AUB. , ib. II, 435
Pont dormant , D'AUB. , ib. III, 12
Le principal profit de cette victoire fut le gain de Mante et de Vernon, tous deux pons de Seine , D'AUB. , ib. III, 233
Le temps renverse les ponts , COTGRAVE ,
Provenç. pont, pon ; espagn. puente ; ital. ponte ; du lat. pontem ; osque, ponttra, porte ; rattaché au sanscrit patha, chemin ; la nasale se trouve aussi en sanscr. panthas, chemin. 1. PONT. 14Le pont aux ânes. Ajoutez : Les étudiants en géométrie donnent le nom de pont aux ânes au théorème du carré de l'hypoténuse. 24Terme de télégraphie électrique.
Pont de Wheatstone, appareil de résistance employé pour la vérification des diverses causes de changement dans les lignes , Journal officiel, 24 oct. 1875, p. 8828, 3e col.
25Terme d'astronomie. Pont, voy. GOUTTE au Supplément. XVIe s.
Et de leurs corps on fera un pont pour luy donner [à l'Espagnol] passage à la victoire et au butin , Oeuvres de Ph. Marnix de Sainte-Aldegonde, Bruxelles, 1859, p. 50
Mer ; usité seulement dans le nom Pont-Euxin, ancien nom de la mer Noire. Lat. pontus, du grec, la mer.