PIQUE

Prononciation : pi-k'
Nature : s. f.

1Chez les anciens, arme formée d'un long bois garni d'un fer plat et pointu.
Vous avez déjà, en animaux raisonnables et pour vous distinguer de ceux qui ne se servent que de leurs dents et de leurs ongles, imaginé les lances, les piques, les dards, les sabres et les cimeterres , LA BRUY. , XII
Un étranger disait à l'ambitieux Agésilas : Où fixez-vous donc les bornes de la Laconie ? Au bout de nos piques, répondit-il , BARTHÉL. , Anach. ch. 50
2Arme d'hast, plus courte que la lance, employée autrefois pour armer certains corps d'infanterie. Par une ordonnance de Louis XIV, le tiers de chaque compagnie d'infanterie devait être armé de piques, pour arrêter l'effort de la cavalerie.
Le maréchal de Saxe regrettait les piques , ST-FOIX , Ess. Paris, Oeuv. t. IV, p. 380
Vingt-cinq mille Suisses.... les uns armés de ces longues piques de dix-huit pieds que plusieurs soldats poussaient ensemble en bataillon serré, les autres tenant leurs grands espadons à deux mains, vinrent fondre à grands cris dans le camp du roi [François Ier], près de Marignan , VOLT. , Moeurs, 122 Avoir la pique basse, la croiser en avant, pour combattre.
Notre cavalerie, qu'ils attendaient derrière des haies les piques baissées, s'avança, mais n'osa jamais les joindre , PELLISSON , Lett. hist. t. III, p. 231, dans POUGENS
Fig.
J'avais, sans nul appui, le ministère et l'intérieur du roi contre moi, et dans la cour force piques baissées sur moi par la peur et la jalousie qu'on avait prise , SAINT-SIMON , 367, 99
Lever la pique, cesser de combattre, se rendre. Fig. Il a passé par les piques, se dit de quelqu'un qui s'est trouvé en plusieurs occasions dangereuses, ou qui a souffert quelque perte, quelque dommage en des affaires qu'il a eues.
3Terme de marine. Négocier à la longueur de la pique, traiter à la pique, s'est dit de navires interlopes qui, dans les mers du Sud ou ailleurs, se tenant à l'abri de rochers ou d'une côte élevée, envoyaient secrètement quelques hommes à terre pour s'informer si on pouvait trafiquer en sûreté.
À l'égard de celles [cargaisons] qui sont moindres, et dont les barques anglaises, hollandaises, françaises et danoises sont ordinairement chargées, on les porte dans les esterres.... on avertit les habitants des environs par un coup de canon.... c'est particulièrement la nuit qu'on fait ce commerce ; mais il faut être sur ses gardes, toujours armé, et ne laisser jamais entrer dans le bâtiment plus de monde, qu'on ne se trouve en état d'en chasser, s'il leur prenait envie de faire quelque insulte ; on appelle cette manière de trafiquer, traiter à la pique , Voy. du P. Labat, 1742, VII, 224, année 1701
4Il se dit du fer, indépendamment du bois.
Le roi Salomon fit donc faire deux cents piques d'or du poids de six cents sicles , SACI , Bible, Paralip. II, IX, 15
5Longueur, hauteur d'une pique.
C'est un spectacle de voir les pélicans raser l'eau, s'élever de quelques piques au-dessus, et tomber le cou raide et leur sac à demi plein , BUFF. , Pélican. Fig. Vous en êtes à cent piques, se dit à quelqu'un qui ne devine pas. Familièrement. Être à cent piques au-dessus de quelqu'un, lui être bien supérieur ; au-dessous de quelqu'un, lui être bien inférieur.
Hier au soir, Mme du Fresnoy soupa chez nous ; c'est une nymphe, c'est une divinité ; mais Mme Scarron, Mme de la Fayette et moi, nous voulûmes la comparer à Mme de Grignan, et nous la trouvâmes cent piques au-dessous , SÉV. , 115
Je trouve que l'esprit des affaires que vous avez est une sorte d'intelligence qui est cent piques au-dessus de ma tête , SÉV. , à Mme de Grignan, 5 juin 1689
Vous seriez étonné de vous trouver de cent piques au-dessous de nous , MARIV. , la Double surpr. de l'amour, I, 7
6Autrefois, soldats qui portaient la pique dans un régiment. Faire défiler les piques. 7Demi-pique ou esponton, arme plus courte que la précédente, qui a servi à armer les officiers d'infanterie. XIVe s.
[Ils] N'y ont que treize eschieles pour commencier estri [combat] ; Mais il ont des mineurs et des piques [pics] aussi , Guesclin. 21770
Icellui Fournier avoit donné un certain baston qu'il avoit apporté, appelé piques de Flandres , DU CANGE , pica.
XVe s.
Ceux de Gand avoyent, au-devant de leur ville, fait une embusche de plus de cent compaignons, et tous piques noires [pikenaires, dans Buchon, ce qui est la vraie leçon ; voy. PIQUIER] , FROISS. , liv. II, p. 150, dans LACURNE
Son cheval navré de coups de piques de Flandres , Chron. scandaleuse, p. 187, dans LACURNE
XVIe s.
Ses malvueillans [de Thémistocles] lui reprochoient qu'il avoit osté au peuple d'Athenes la plque et le pavois, pour le reduire au banc et à la rame , AMYOT , Thém. 7
Ils leverent les piques [se rendirent], et furent receus à serment de ne faire la guerre de six mois , D'AUB. , Hist. I, 359
Ils prirent place de bataille au haut d'une montagne ; mais, quand ce fut à pique baisser, les plus vaillans se contenterent de tirer une harquebusade pour fuir , D'AUB. , ib. II, 168
Le reste estoient Portugais, picques seches et bisongnes [recrues] , D'AUB. , ib. II, 391
J'ai porté la pique à quatre cornes dans la compagnie du capitaine Bourdeaux votre sergent major , D'AUB. , Faen. III, 1
Les espaliers de buis y sont hauts d'une pique , D'AUB. , ib. I, 3
17 picquiers aussi armez de corseletz, chacun 8 livres ; 33 portans picques seiches, chacun 7 livres, Ordonn. 12 déc 1553. Le soldat, qui, en querelle, donnera cry d'une nation, sera passé par les piques , ib.
Plusieurs gendarmes quitterent la lance pour prendre la pique avec lui [Bayard levant une compagnie d'infanterie] , BRANT. , Cap. franç. t. IV, p. 53, dans LACURNE
Je m'en rapporte à ce qui en est, et à ceux-là qui ont passé par les piques , TAHUREAU , Dial. p. 77, dans LACURNE
Forme féminine de pic 1 ; provenç. piqua ; esp. et ital. pica. On a dit que pique, au sens de mesure, représentait le pic, sorte de mesure de longueur, et non la pique.
Mais ce qui prouve que pour mesurer on s'est servi de la pique, c'est qu'on s'est servi de la lance : Les fossés estoient porfonds de plus d'une lance , Bouciq. I, 14
Terme de jeu de cartes. Une des figures de la couleur noire. C'est du pique qu'il retourne.
Vous croyez, en votre humeur caustique, En agir avec moi comme avec l'as de pique ? , REGNARD , le Joueur, III, 11 Fig. As de pique, voy. AS. Fig. Voilà bien rentrer de piques noires, il rentre de piques noires, se dit à celui qui interrompt mal à propos un autre, ou qui rentre, mal à propos et par des choses sans rapport, dans un sujet, dans une conversation.
Au mot rentré, Cotgrave dit simplement : rentré de pique. Piques noires, comme le genre l'indique, est la pique noire, fausse leçon dans Froissart (voy. PIQUE 1), laquelle s'est glissée dans la locution : rentré de pique. XVIe s.
À l'autre, dit Panurge, c'est bien rentré de piques noires , RAB. , IV, 33
Pique 1, à cause de la forme. Brouillerie, aigreur entre deux ou plusieurs personnes.
Les aversions, les piques, les jalousies et toutes les autres causes de division , NICOLE , Essais, t. XIII, p. 29, dans POUGENS
L'esprit de pique et de jalousie prévaut , LA BRUY. , XII
Les piques des amants renouvellent l'amour , BARON , Andrienne, III, 4 Mettre en pique, susciter une pique, une querelle.
D'où lui vient cette humeur ? qui les a mis en pique ? , CORN. , Place roy. II, 5
XVe s.
Ainsi s'est departie cette assemblée de mocquerie et de picque , COMM. , II, 8
Encores y avoit une autre picque entre le duc et le connestable , COMM. , III, 11
XVIe s.
Voulant dès son commencement mettre le pied devant tous les autres, il prit audacieusement à son arrivée la pique contre les plus grands et les plus puissants hommes , AMYOT , Thésée, 5
Voy. PIQUER. 1Étoffe de coton, faite de deux tissus appliqués l'un sur l'autre et unis par des points rangés en losanges. Il y a aussi des piqués à dessins. 2La seconde opération qui conduit au poli d'une glace. Piqué 1.