PHYSIQUE

Prononciation : fi-zi-k'
Nature : adj.

1Qui se rapporte aux conditions, aux lois de la nature.
L'aveuglement de ceux qui apportent la seule autorité pour preuve dans les matières physiques, au lieu du raisonnement ou des expériences , PASC. , Fragm. Traité du vide. Phénomènes physiques, ceux qui ont lieu entre les corps visibles, à des distances appréciables, et qui n'en changent pas les caractères. Propriétés physiques, qualités naturelles des corps qui sont perceptibles aux sens, telles que l'état solide, liquide ou gazeux, la forme, la couleur, l'odeur, la saveur, la densité, etc. Sciences physiques, celles qui étudient les caractères naturels des corps, les forces qui agissent sur eux et les phénomènes qui en résultent. Loi physique d'un phénomène, détermination exacte des conditions de son accomplissement. Point physique, se dit par opposition à point mathématique (voy. POINT).
2Qui ne s'élève pas au-dessus des conditions matérielles de l'organisation.
Le sacrifice humain dut s'abolir le premier, parce qu'il appartenait à l'état de nature, où l'homme est presque tout physique , CHATEAUBR. , Génie, IV, I, 5 Plaisirs physiques, plaisirs de l'union des sexes. En ce sens, Maupertuis a intitulé Vénus physique un livre sur la génération (1745).
3Qui est effectif, réel, par opposition à moral. J'en ai la certitude morale, mais non la certitude physique. L'impossibilité physique. 4S. f. Dans un sens général et ancien, la physique, connaissance de toute la nature matérielle ; c'est le sens de Descartes et de ses élèves Rohault et Régis.
Comme dans la physique les expériences ont bien plus de force pour persuader que les raisonnements , PASC. , Pesant. de l'air, I
Je sais combien il y a de différence entre écrire un mot à l'aventure.... et apercevoir dans ce mot une suite admirable de conséquences.... et en faire le principe ferme et soutenu d'une physique entière, comme Descartes a prétendu le faire , PASC. , Géom. II
5Physique, dans le sens spécial, c'est-à-dire séparée de la chimie, science du mouvement et des actions réciproques des corps, en tant que ces actions ne sont pas de composition et de décomposition, ce qui est le propre de la chimie.
Ce livre [les Principes mathématiques], où la plus profonde géométrie sert de base à une physique toute nouvelle.... , FONTEN. , Newton.
Comme l'alliance de la géométrie et de la physique fait la plus grande utilité de la géométrie et toute la solidité de la physique , FONTEN. , Bernoulli.
Il faut que la physique systématique attende à élever des édifices, que la physique expérimentale soit en état de lui fournir les matériaux nécessaires , FONTEN. , Préf. util. des math.
La physique est une mine dans laquelle on ne peut descendre qu'avec des machines que les anciens n'ont jamais connues , VOLT. , Dict. phil. Aristote.
J'ai aimé la physique tant qu'elle n'a point voulu dominer sur la poésie ; à présent qu'elle écrase tous les arts, je ne veux plus la regarder que comme un tyran de mauvaise compagnie , VOLT. , Lett. d'Argental, 22 août 1741
La physique de la terre tient à la physique céleste , BUFF. , Hist. nat. preuv. théor. terr. Oeuv. t. I, p. 185
L'objet de la physique paraît être d'apprécier l'action réciproque et sans décomposition des masses les unes sur les autres, et de classer les propriétés des corps plutôt que les corps eux-mêmes , AL. BRONGNIART , Traité de min. t. I, p. 1 Physique moléculaire, celle qui s'occupe de la cohésion et des rapports de situation et de mouvement des atomes.
6Physique, traité de physique (avec majuscule). La Physique de Nollet. 7Classe où l'on enseigne la physique. Il fait sa physique. 8Conditions physiques qui président à l'existence des végétaux et des animaux.
Une connaissance approfondie de la physique des végétaux doit être la première étude d'un philosophe qui aspire à rendre les végétaux plus utiles , CONDORCET , Duhamel.
9S. m. Le physique, l'ensemble de l'apparence extérieure de l'homme. Un beau physique. Par analogie, il se dit d'autres objets que l'homme.
Ces lois doivent être relatives au physique du pays , MONTESQ. , Esp. I, 3
Ensemble des dispositions anatomiques intérieures, par opposition au moral, qui exprime l'ensemble des actions de l'âme. Le physique influe beaucoup sur le moral.
Si le physique va trop bien, le moral se corrompt , J. J. ROUSS. , Ém. II
10Ce qu'il y a de physique, de matériel.
Considérons-nous nous-mêmes, et analysons un peu le physique de nos actions , BUFF. , Disc. nat. anim. Oeuv. t. V, p. 261
Les anciens n'ont peint de l'amour que le physique , MARMONTEL , Oeuv. t. VII, p. 80
11Dans le moyen âge, la physique, la médecine. XIIIe s.
Phisique est une science par le [la] quele on connoist toutes les manieres du cors de l'homme, et par le quele on garde le [la] santé du cors et remue les maladies , ALEBRANT , f° 2
Vos savez tant de la fuisie [médecine], Bien me guerriez d'idropisie , Ren. 19939
XIVe s.
Apprens physique, et voy encores Le livre generacion Et celuy de corruption , Nat. à l'alch. err. 912
Provenç. phesic, phesica ; esp. et ital. fisico ; du lat. physicus ; du grec, nature, produire, latin fu qui est dans fui, je fus ; sanscrit, bhu (u long).