PERLER

Prononciation : pèr-lé
Nature : v. a.

1Arrondir les grains de l'orge. 2Donner au sucre une consistance telle qu'il se réduise facilement en petits globules ou en perles. Fabriquer de petites dragées en forme de perles. Couvrir certaines friandises de petites dragées qui ont la forme d'une perle. 3Fig. Faire dans la perfection, en parlant de petits ouvrages de main. Cette ouvrière perle tout ce qu'elle fait. 4Terme de musique. Donner un grand fini à ses trilles, à ses roulades, et, en général, à tous les passages chargés de notes très rapides. XVe s.
Les dames furent orfrisies, Drut perlées [parées de perles] et bien croisies , FROISS. , Poésies mss. p. 16, dans LACURNE
XVIe s.
Les cerfs qui ont la teste haute, ouverte et bien perlée , CHARLES IX , Chasse royale, XXIII
....Un porgnard.... Au pommeau d'or, à houpes bien perlées , RONS. , 639
Perle. PERLER. Ajoutez : 5V. n. Se dit d'un liquide qui apparaît sous forme de gouttes comparées à des perles. Il était dans l'angoisse, et la sueur perlait à son front.